Identifiant: Mot de passe:

Auteur Sujet: Prologue...  (Lu 863 fois)

Hors ligne Lee Hong

  • Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1 846
  • MJ High Way To Hell - Capitaine de Route du SSDK
    • Voir le profil
    • E-mail
Prologue...
« le: 20 novembre 2009, 03:54:15 pm »
...Prologue...
-"Nous sommes en 2070.
Le vieux monde, l'Europe, l'hiver. La France, le luxe. La nuit.
Il est tard , les arrières boutiques des beaux quartiers font leur chiffre d'affaire en assouvissant les vices lubriques des bourgeois, les lumières sont allumées, la Conurbation du GrandParis brille de mille feux, tel un assortiment de diamants que le ciel semble envelopper précautionneusement, formant comme un immense écrin d'étoiles."


La lumière de la Tour Eiffel entame un nouveau tour d'horizon puis le faisceau vient éclairer vers le nord,

"La Seine Saint-Denis, le 9-3. Le contraste s'étalant en superficie et en hauteur sur des kilomètres cubes, la Plaine St-Denis: des barrens pollués à la limite de tolérance, parsemés, presqu'incrustés, de vieilles tours de 20 étages, de barres d'immeubles croulantes et de blocs d'habitations insalubres, aux halls d'entrée frappés de lettres pourries par le temps, les façades ravagées par les impacts de balles et les graffitis, des Cités Ghettos, les "cités dortoirs" comme on dit, à l'ombre d'échangeurs d'autoroute gigantesques,. Desertées par l'Etat, la Police puis les Services Sociaux  ceux qui sont restés là n'avaient tout simplement pas d'autre choix. Ici la loi n'est pas la même que dans le reste du pays, ici la seule loi qui fait foi est la loi de la guerre des gangs, la loi du plus fort, du plus violent ou du plus rapide, la loi des gangs, il y a ceux qui subissent... il y a ceux qui agissent, sur les murs gris de béton renforcé bordant la rue se détachent des graffitis multicolorés, quatres lettres reviennent fréquemment S S D K, les gens du coin savent ce que ça veut dire, ils sont sous la protection d'un des Go-gang du GrandParis."

Paul Durand, était parti ce matin très enthousiaste à l'idée de pouvoir enfin réaliser son premier reportage sérieux pour la chaine de trideo TMC, l'occasion ou jamais d'obtenir une promotion. Le jeune trideoreporter venait de finir son lancement de sujet en filmant et enregistrant très professionnellement le décor du zoom sur la tour eiffel jusqu'au dézoomage sur l'énorme graffiti SSDK qui recouvrait la façade de leur QG, il marqua une courte pause pour englober les quatres motos garées sous chacune des lettres et reprit "la grande majorité des SSDK est née sur leur territoire ou turf comme ils aiment à l'appeler, qui s'étend sur toute la zone sud des Barrens de La Plaine StDenis,"

Il s'apprétait à prendre à partie un squatter qui passait quand le bruit étouffé d'un moteur ronronna un peu plus loin, accompagné de crissements de pneus, il reprit néanmoins, "Mais interrogeons un habitant: Que pouvez vous nous dire sur le SSDK?", le squatter s'apelait Yohann, il répondit "C'est un peu comme une famille. On touche pas à la famille! Et pis ils nous protègent,moi et les habitants du turf, des autres gangs alors j'dirais pas de mal d'eux hein!?" en l'espace de trois secondes une demi-douzaine de motards descendirent la rue plein gaz dans un vrombissement de tonnerre mécanique... avant de s'engouffrer dans la pente d'un garage souterrain sur le côté du QG du SSDK.

"Ne faites pas l'erreur de croire que ce ne sont que des passionnés de moto, ça c'est la vitrine légale, la partie émergée de l'iceberg, si vous empiétez sur leur plates-bandes ils protègeront sans faille les murs et tout ce qui se trouve sous leur protection, ils vous trufferont de plomb aussi surement que 2et 2 font...euh 4" des crissement de pneus retentirent alors et il observa la rue, trois Eurocars Westwind noires arrivèrent alors à toute vitesse et s'arrêtèrent l'une dans un 180° parfait, l'autre en pilant brutalement devant le QG du SSDK, la troisième arrivait dans l'autre sens et s'arrêta dans un tete-à-queue.

Comme figé par la peur, Paul ne pouvait plus bouger ses jambes qui refusaient de lui obéir, il continua son enregistrement en déglutissant péniblement "et vous... dépouilleront ...sans le ...moindre scrupule." au moment ou une vingtaine de SSDK sortaient du Bar armes en main faisant feu en direction des voitures et que des rafales de pistolets mitrailleurs leur répondaient de l'intérieur des habitacles des westwinds.
Les gangers s'entretuaient à 15 mètres de distance, les SSDK se protégeant comme ils pouvaient derrière les quatres motos garées devant le bar face a des gangers orks et trolls de la zone nord des barrens, les Gobelins de Saint-Denis bien protégés dans et derrière leurs voitures. Des deux côtés des corps déchiquetés par les rafales de balles virevoltaient comme des poupées de chiffon avant de s'effondrer, sans vie.

Des rafales d'impacts se dessinaient sur les murs et les carosseries, de lourdes pertes se creusaient dans chaque camp jusqu'à ce qu'une grenade explosa puis une deuxième et enfin le vacarme des culasses éjectant les douilles des canons céda la place au silence... un silence de mort... 14 SSDK emportés contre seulement 9 gobs, 4 motos bousillées contre 2 boites à 4 roues? un râle rauque attira son attention dans une des épaves de westwinds, constatant les dégats et les pertes comparés aux équipements récupérables, Léon le flingueur, recruteur du SSDK, vida son chargeur de rage dans la tête d'un Troll ennemi qui ne semblait pas vouloir lacher son dernier soupir malgré un bras gauche arraché par le souffle d'une des explosions qui saignait abondemment.

Il perçut un mouvement subtil dans l'ombre du porche face à lui puis il rechargea son Ruger SuperWarHawk avec un speed loader tout en continuant d'avancer vers le porche, il buta sur un corps, un journaliste, étendu dans une mare de sang, mort, une balle dans la tête, des fragments de cervelles éparpillés sur le mur derrière, qu'est-ce qu'il foutait là celui-là? au mauvais endroit, au mauvais moment, et 2 mètres plus loin le squatter suffocant avec un éclat de rétroviseur de westwind en travers de la gorge, sans doute issue d'une des explosions, il fixa un jeunot d'environ 18 ans qui se planquait dans l'ombre, c'était le gosse qui squattait là depuis deux semaines en attendant que le SSDK veuille bien l'accueillir en son sein, tout en retirant l'éclat de miroir de la gorge du squatter dans une gerbe de sang et dans un râle bruyant, il dit "repose en paix Yohann", encore des balles perdues et des dommages collatéraux comme diraient les autorités si elles en avaient encore quelque chose à cirer, sauf que c'était des morts innocents, "les innocents ne devraient pas mourir dans un échange de coups de feu entre des gangs". lança-t-il

"c'est triste, mais c'est comme ça..." puis il ramassa l'équipement tridéo du reporter mort, une dizaine d'initiés et prospects dirigés par quelques gangers SSDK sortirent alors du bar pour faire le nettoyage de la rue. rangeant son revolver lourd dans son holster rapide il s'adressa au gosse "Alors gamin, tu crois être assez "Underground" pour t'aventurer dans notre sillage? c'est pas pour jouer qu'on fait tout ça, es-tu vraiment prêt pour te joindre aux frères motards du Seine Saint-Denis Krew? avec nous tout va à deuxcent à l'heure, tu vois? pas le temps d'se branler et là on va avoir besoin de recruter sévère! c'est ton jour de chance gamin,  ya des places qui viennent de s'libérer, j'espère qu't'es bon pilote, que tu sais tirer et qu'tas pas peur de mourir sinon t'as pas la moindre chance...Le boss plaisante pas avec ça, c'est un vrai tueur d'asphalte. Allez suis-moi tu vas passer le rituel d'initiation..."
« Modifié: 21 novembre 2009, 04:59:50 am par Lee Hong »
Blaam!! "oh pardon, j't'ai coupé là .. tu disais?"

Si vous voulez vous venger d'une décision MJesque c'est ICI