Identifiant: Mot de passe:

Auteur Sujet: Le savoir du sage des montagnes (ellipse)  (Lu 2106 fois)

Malon le Malin

  • Invité
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #30 le: 16 juillet 2015, 04:11:25 pm »
Pendant les récits d'Agung, j'écoute attentivement et prends des notes dans le grand livre qui semble me suivre partout ou je vais.
Une fois son récit terminé, je regarde d'abort rapidement l'assemblée.

J'ai quant à moi quelques autres questions qui m'intéresse, principalement sur le peuple de l'eau, nos voisins du sud.
Mais ayant déjà des missions en court il y a peu être des questions jugées plus urgentes.


Les laissant réfléchir et me tournant vers Agung.

Puis j'aurai un petit test à vous montrer avant votre départ, qui ne vous prendra que trois minutes je vous l'assure, et qui nous éclairera sur les troupes de Baruk.

Me metant en retrait, j'attends un peu regardant mes homologues et supérieur, voir si l'un d'entre eux veut prendre la parole.

celeste

  • Invité
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #31 le: 16 juillet 2015, 04:16:04 pm »
ELwyn s'est éloigné avec la gouverneure pour discuter et ne semble pas vraiment suivre le fil de la discussion avec Agung.

Cesthandé

  • Invité
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #32 le: 16 juillet 2015, 11:48:28 pm »
J'ai accueilli le mage Agung avec un large sourire. Vu que personne ne s'est saisi de la sacoche aux parchemins, je la prends comme Agung nous a invité, puis je m'éloigne un peu pour laisser Malon et Agung discuter librement tout en entendant ce qu'ils disent. Je commence à parcourir les parchemins et suis extrêmement intéressé par l'apprentissage de ces langues...

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 530
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #33 le: 17 juillet 2015, 12:25:06 am »
Voyant que personne d’autre ne le fait, Ovidius s’approche d’Agung et lui demande :

- Y’a il des veines de rubis exploitable, même si elles sont moins abondante, autre que dans les mines contrôlé par le dragon ?

Voyant le sage hocher positivement la tête il ajoute.

- Pouvez-vous les indiquer sur votre carte ?

- Bien sur. Mes excuses pour ne pas l’avoir fait de suite. Mes réflexions plus intellectuel que matériel ne m'ont pas fait pensé que vous pourriez avoir besoin de cela.

Il sort un pinceau et une petite outre de sa sacoche tandis qu’Ovidius met précautionneusement sur le sol une copie de la carte d’Agung. Ce dernier se met à genoux devant le parchemin et trace quelque trait dessus.

- Merci dit votre trésorier. Y’a il d’autre ressource intéressante dans la région ? ajoute-il.

- Seulement les carrières de pierre et d’onyx que j’ai déjà indiqué sur la carte. Mais peut être trouverez vous des veines de ce métal que seul vous connaissez dans les collines où il n’y a pas de rubis.

Ceci dit Ovidius reprend la carte et Agung se relève. C’est alors Junia qui se dirige vers lui. Elle sort de son sac une gravure de pierre et la tend vers le sage.

La gravure représente en son centre une forme noir tourbillonnante mais enchainer. Une de ces chaines est brillante comme de l’or pur, l’autre noir comme les ténèbres de la nuit profonde. Au dessus de lui se trouve une sphère de couleur gris acier, qui semble flotter dans les airs d’elle-même.

- Que représente cette gravure ? demande la prêtresse d’une voix hésitante.

- Il s’agit du fil de la Bête sauvage dans sa prison.

- Lui c’est le fil de la bête ? ajoute-elle en montrant la forme noire.

Agung hoche la tête.

- Et que sont ces objets dit-elle en désignant tour à tour la chaîne dorée, la noir et la sphère.

- Il s’agit de la chaîne des archontes, de la chaîne des diables et de l’Orbe de l’emprisonnement.

Junia hoche la tête puis range la gravure après un timide « merci ».

Vos serviteurs revienne alors avec un repas de met très simple et quelque natte. Une fois ces dernières positionné, Agung s’assis en tailleurs dessus. Il se tourne alors vers Malon.

- Il semble que cela soit à vous de poser vos questions.

Malon le Malin

  • Invité
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #34 le: 17 juillet 2015, 01:20:53 am »
Je lui sourie en venant m'assoire à ces coté et commencant à mettre de la nouriture dans un bol tout comme lui.

hrp : Désolé, tu venais de le dire en plus, j'étais plus concentré sur le contenu du message.

Je lui sourie en venant m'assoire à ces coté et commencant à mettre de la nouriture dans son/notre bol.

Hé bien allons y alors.

Il y a quelques petites choses, sur lesquel, j'aimerais connaître votre avis, ou en savoir plus.

Déjà nous partons vers chez les Açin pour parler à leur empreur et à Minastraz.
Vous qui en savez autant, y aurait-il sur, ou assez proche d'un de ces deux chemins.
Un ou plusieurs objet, trésor, ressource interressante, que nous pourrions récupérer, trouver, obtenir.
Sans pour autant déplaire aux natifs ou à la dragonne.
J'avoue n'avoir pensé à cette questions que maintenant, mais il serait dommage de faire un trajet de près d'un à deux mois et d'apprendre par la suite que nous sommes passé juste à coté de quelques chose d'interressant.

Ensuite, j'ai vu les troupes d'élite de Baruk monter sur des loups géants, surement des créatures très agressives et dangereuses avec un bon odora et une bonne vision dans la nuit.
J'ai fait venir certaine de nos montures, des cheveaux, ils sont rapides par chez nous, pourriez-vous les regarder courir.
J'aimerais que vous me disiez si, d'après vous bien sûr, elle serait plus rapide, moins rapide ou aussi rapide que ces loups géants.
Et si vous connaissez bien ces loups, sont-ils endurants.


Je fais un signe pour lancer deux trois fois de suite un cheval légé puis un cheval lourd au galop.

Baruk nous a clairement interdit d'aller chercher les objets donné par Rayen, bon bien sûr il n'en a en aucun cas l'autorité.
Pourriez-vous nous dire comment réagiront les différents peuples ici présents, qui au fond sont tous des descendants des sayans, si nous venions vers eux avec un ou plusieurs de ces objets.

Et enfin, j'aimerais en savoir un peu plus sur le peuple de l'eau qui se trouve un peu plus au sud de nous, vous les dites moins organisé et moins nombreux que les Séquetza et les Açin.
Vous dites qu'ils seraient également des descendants des Sayams.
Pourrions-nous savoir leur vrai nom et combien de temps il nous faudrait pour aller jusqu'à leur village.
Vous dites que la rude vie qu’ils mènent fait tout de même d’eux des adversaires redoutables, en quoi leur vie est elle si rude.
Une contré des eaux ne peut que regorger d'eau, là où il y a de l'eau, il y a de la vie, la rudesse ne vient donc pas d'un manque de nourriture.
Est-ce donc les créatures, les climats, les intempéries, le terrain en lui-même... À quoi devons-nous nous attendre si nous allons là bas.
Vous nous avez parlés de leur troupe, dans les 3 000 de mémoires, mais eux, sont-ils unis, pas ou peu.
Ont-ils un chef de nom ou avec une réelle autorité, ou pas.
« Modifié: 17 juillet 2015, 10:11:31 am par Malon le Malin »

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 530
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #35 le: 17 juillet 2015, 02:41:03 am »
Hrp : les coutumes d’Agung exige que tout les convives mange dans le même plat et se serve directement dans celui-ci, sans passer par un autre bol ou assiette.

Pendant que Malon poissait ses questions et que la vitesse d’un cheval est montré à Agung, ce dernier prend un morceau de viande, qu’il mange lentement. Il attend de finir de la mâcher et d’avoir la bouche vide pour répondre aux questions de Malon :

- Il n’y a aucun trésor ou objet magique situé entre ici et la tanière de Minastraz qui n’appartienne déjà à quelqu’un de vivant dit-il pour commencer.

- Je ne suis pas très au faite des choses militaires. Mais vos chevaux me paraissent plus rapides que les loups. Ces derniers sont assez endurent, j’ignore à quel point par rapport à vos montures.

- Les skaerling comme les tributs de l’eau ont abandonné la plupart de leur héritage sayam, conséquence de la chute brutale de leur civilisation. Il y aura bien sur toujours des individus stupide, cupide ou de mauvaise foi mais la majorité d’entre eux ne prendront pas comme un affront que vous récupériez ses objets. Il en va de même pour les autres peuples de cette région.

- Chaque tribut du peuple de l’eau porte un nom différent mais il se désigne eux même de cette manière. Il vous faudra une semaine sur vos navires pour atteindre leur premier village et une autre semaine pour le plus lointain sur la côté

- Leur vie est rude car, suite à l’histoire de leur ancêtre, ils ont renoncé à pratiquer l’agriculture et à construire des villes. De plus ils méprisent le confort ou l’accumulation de richesse pour un seul individu. Ils ne se nourrissent donc que par la chasse et la cueillette, sans disposer de grande infrastructure et leurs habitants recherche la gloire pour eux même en accomplissant des actes dangereux à la faveur du clan. De plus leurs tributs sont soumis aux raids constant des habitants de Xantum, dont les mages convoitent certaines herbe de ces contrés ainsi que les habitants en eux même, pour s’en servir comme esclave.

- Les lieux sont composés majoritairement de marais, même si on y trouve aussi plaine, forêt et colline, toujours très humide. Il y pleut beaucoup, l’eau est omniprésente. Il n’y a aucune créature particulièrement notable ou dangereuse dans la région.

- Ils ne sont pas unis. Chaque chef dirige sa tribu uniquement et ne rend de compte à personne. Toutefois devant une menace exceptionnelle les druides et prêtre de Rayen peuvent convoquer un grand concile et demander aux chefs de s’unir contre la menace. Cela arrive parfois contre une invasion massive, surtout venant de Xantum. C’est uniquement dans ses moments là qu’ils ont un chef unique.
« Modifié: 08 octobre 2015, 10:43:00 pm par MJ_celesste »

Cesthandé

  • Invité
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #36 le: 17 juillet 2015, 04:31:00 am »
Pensant tout haut, je demande au sage:

Vous pensez donc que si on les approche en leur proposant une meilleure vie dans une cité de pierre, même consacrée à Rayen, ils nous rejetteront ? Juste une hypothèse bien sûr.

Hors ligne Minuit

  • Mercenaire
  • **
  • Messages: 239
    • Voir le profil
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #37 le: 17 juillet 2015, 09:53:07 am »
Je me sers dans le plat commun, prenant systématiquement des morceaux proches de ceux choisis par Agung. Je finis par demander.

"Vous avez mentionné des mines d'un métal que nous seuls connaissons. Je suppose qu'il s'agit de fer. Baruk est-il au courant de la présence de ce minerai ? Pensez-vous pouvoir délimiter plus précisément la zone qui contient cette ressource ?"

Il semble évident que je suis préoccupé.
« Modifié: 17 juillet 2015, 10:09:20 am par Minuit »
Il n'y a pas pire ennemi, que celui qui se cache dans vos rangs... Minuit

celeste

  • Invité
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #38 le: 17 juillet 2015, 11:29:23 am »
Le général finit par revenir avec le gouverneur pour s'asseoir avec les autres convives.

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 530
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #39 le: 17 juillet 2015, 02:39:49 pm »
Après avoir lentement mâché un autre morceau de viande Agung répond à Cesthandé :

- Pas tous. Les coutumes et les états d’esprit changent. Certain sont lassé de cette vie difficile de chasseur-cueilleur. Mais la majorité refusera certainement.

Puis il écoute Minuit et lui dit :

- Mes excuses, je crois que je me suis mal exprimé. J’ai émis l’hypothèse que les collines environnante contiendrait des ressources que vous seul pourriez trouver. Etant donné ce dernier fait, ni moi, ni Baruk ne pourrions être au courant de cette présence et délimiter une zone où vous trouveriez des filons. Comme je l’ai dis, il ne s’agit que d’une hypothèse.

Ovidius ajoute néanmoins :

- Le fer est un métal très abondant. Dans une région aussi proche des montagnes cela m’étonnerais beaucoup qu’il n’y ait pas au moins une ou deux veine exploitable, voir beaucoup plus.

Malon le Malin

  • Invité
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #40 le: 17 juillet 2015, 09:43:37 pm »
Attention à ne pas trop s'intéresser à une vulgaire petite pierre sans valeur aux yeux de Baruk et de ces espions, en tout cas peut-être pas dès maintenant.
Mais en effet si nous pouvions déjà les repérer.


Dis-je en regardant Ovidius.
Puis me tournant à nouveau vers Agung.

Vous classez le fils de la bête Sauvage parmi les menaces externes fortes aux yeux de Minastraz.
Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur lui, son passé et s'il est vraiment attaché.

L'ancien mal qu'avait chassé Intan le fils de Minastraz est-il toujours en vie, a t'il un rapport avec le fils de la bête sauvage, ou pas et à quel point est-il dangereux, si il est toujours en vie bien sûr ?

Vous nous avez dit que les gobelours ont été chassé dans des montagnes, est-ce les mêmes montagnes qui séparent Baruk des Acin.
Et, d'après vous, Baruk et les gobelours ont-ils un quelconque traité l'un avec l'autre.
Que ça soit pour s'aider ou même pour tout simplement pour se laisser tranquille, ils ne semblent pas porter dans leur coeur certains dragons d'argent tous les deux.

La cupidité des Sayams a fini par énerver Rayen, mais elle les a laissé longtemps utiliser certaines ressources, quand il n'en abusait pas trop diront nous.
Pensez-vous que ces ressources soient toujours présentes dans ces rivières.

Dis-je en montrant le torrant coulant à quelques mètres de nous.
Ou dans les alentours d'ailleurs.
« Modifié: 17 juillet 2015, 11:34:58 pm par Malon le Malin »

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 530
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #41 le: 18 juillet 2015, 02:56:37 am »
- Je sais répond Ovidius mais sans source de fer cette colonie ne fera pas long feux. Il faudra nous résoudre à en exploiter un moment ou un autre vu que les autochtones semblent en ignorer l’usage. J’espère juste qu’à ce moment là nous serons prêts.

Suite à cela, Agung reprend la parole :

- Le fils de Rovagug est la créature que Guntur a combattu et dont il combat encore les serviteurs. Il est apparut il y a plusieurs siècle, après un grand tremblement de terre. On ignore la forme exacte de cette créature mais on sait qu’elle fait émaner autour d’elle en permanence un nuage corrosif qui détruit, plus ou moins rapidement toute chose. Dans son sillage, plusieurs centaine d’émanation de lui le suivait. Au même moment plusieurs des gobelours de la région ont reçu des visions et un clergé vénérant la bête sauvage c’est formé, réussissant temporairement à unifier les tributs disparates.

- Ces créatures de destructions ont fondu sur les açins. A l’époque ces derniers n’étaient pas un empire mais un ensemble de tribut désunis et encore un peux primitif. La dévastation qu’ils subirent fut grande.

- Minastraz ne pouvait rester sans réagir. Mais à l’époque les sayams avaient déjà disparut et les hobgobelin du dragon vert avaient conquis nombre de terre aux sequetzas. Si la dragonne d’argent étaient partit elle-même au combat, Baruk n’aurait pas manqué d’en profiter pour sortir lui-même soumettre ou détruire un autre peuple. Mais comme Tecum était mort, Minastraz pouvait se permettre de se séparer d’un de ses enfants sans rompre l’équilibre des forces. Sachant que ce ne serait pas suffisant elle demanda de l’aide aux diables et aux archont ainsi qu’a la déesse que les açin nomment Nanook, dont les doctrines étaient plus adaptées à une lutte de grande échelle que les anciennes divinités açin. Elle demanda à la déesse de répandre son culte dans la région tandis que Minastraz conseillait elle-même aux açins de se convertir.

- Mais beaucoup de ces derniers étaient empêtré dans leurs traditions et habitudes. Ils avaient du mal à accepter se nouveau culte, malgré les conseils de la dragonne. Mais tout changea quand la chef de clan Quanah se convertit. C’était une personne admirable, charismatique, compètent, généreuse et avec une vision. Sa vertu, son courage et son intelligence lui valurent l’amour de Guntur.

- Elle comprit que le culte de Nanook donnerait à son peuple l’unité et l’organisation nécessaire pour combattre l’ennemi. Ses hauts-fait lui permirent de le répandre et d’unir les tributs derrière elle. Pour cet exploit elle devient la première impératrice.

- La bête fut vaincue. Mais on ne pu la tuer. Il est impossible de détruire la destruction elle-même. Alors les archontes créèrent une chaine, les diables une autre et la ligotèrent sous une montagne au nom tenu secrèt. En vain, le fils de la bête rongeait les chaines avec son nuage corrosif. Alors archonte et diable créèrent ensemble l’orbe de l’emprisonnement, qui affaiblissait les pouvoirs de destruction du fils de Rovagug, l’empêchant de briser ses liens. Il est actuellement toujours prisonnier.

-Les gobelours continuent de vénérer et servir Rovagug. Ils souhaitent la destruction du monde, là ou Baruk cherche pouvoir, richesse et plaisir. De plus les hobgobelin apprécie les esclaves gobelour pour leurs forces et leurs stupidités et essaye régulièrement d’en capturer. Ils ne sont donc pas alliés et s’affronte même quelque fois. Mais la haine des gobelours, et avec elle le gros de leur assaut, va avant tout envers les açins car c’est à l’intérieur du territoire de ces derniers que se trouve le fils de leur dieu.

- Quand aux ressources des rivières il s’agit des rivières elle-même. Autrefois elle coulait paresseusement et les sayams avaient beaucoup de facilité à pratiquer l’agriculture. Mais les nobles ordonnèrent que cela soit fait de manière trop intensive, faissant assécher les rivières par leurs serviteurs pour irriguer toujours plus de champs dans le seul but de vendre cette nourriture pour acheter de l’or aux açins, des tissus rare aux sequetza ou d’autre produit de luxe. A la fin le résultat fut famine, révolte et finalement la mort d’une civlisation. Voilà pourquoi aujourd’hui Rayen à fait en sorte que le cours des fleuves soient rapide et violent. Pour éviter qu’ils ne soient trop victime de la cupidité des hommes.


Tandis que le sage poursuit son récit, le soleil commence doucement à descendre se coucher.

Malon le Malin

  • Invité
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #42 le: 18 juillet 2015, 05:35:14 pm »
Nous avons bien sûr refait venir à manger en voyant que le soleil commençait à tomber.

Par irori, que le temps passe vite quand on vous écoute.
Nous n'aurons plus le temps pour une longue discussion, mais peut-être pour quelques détails disparates.


Nous aurions aimé une implantation dans la région plus en adécoission avec des natifs du pays, mais il n'y en a pas vraiment dans ces plaines ce que nous trouvons dommage.

Ces séquetza pourriez-vous nous indiquer dans quelle direction les trouver avec cette carte et le temps que nous mettrions à aller chez eux.
Dis-je en déployant la carte qu'il nous avait remise.
Ils vont bientôt être en guerre contre les hobgobelins de Baruk et en proie à des dissensions internes.
Pensez-vous que si nous envoyons une petite ambassade certains dès leur ne serraient pas tenter de venir se réimplanter par ici à nos côtés.


Votre peuple, vous nous avez dits être dans les 300 guerriers, je suppose donc que vous êtes 600 à 1 000 en tout dans les montagnes.
Mais quand est-il des autres, ceux qui travaillent dans les mines, combiens sont-ils encore sous le joug de Baruk.


Et les plantes du pays de l'eau, qui intéressant tant la magocratie de Xantum, connaissez-vous un peu leur(s) propriété(s) magique(s) ou dans quel domaine elle pourrait être utile.
Sont-elles utilisées par les skaerling et si nous allions chez eux nous empêcheraient-ils d'en prendre ?


Et un dernier détail, ce Guntur dont vous parlez est visiblement le deuxième fils de Minastraz, est-ce le même Guntur dont vous nous aviez parlé qui est vénéré comme : gardien des lois, des cités et du commerce.
Et cette Nanook, vous ne nous en aviez pas parlé parmi les dieux locaux est-elle toujours priée et quel est son domaine.
« Modifié: 18 juillet 2015, 05:42:08 pm par Malon le Malin »

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 530
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #43 le: 19 juillet 2015, 03:24:35 pm »
Agung ajoute une note sur la carte pour les accès vers les pays des sequetza.

- Il vous faudra également une semaine par mer pour la ville la plus proche. Par terre cela vous prendra trois semaine, si il n'y a aucun obstacle à votre route ce dont je doute car il vous faudrait passer par le pays hobgobelin.

- Je ne peux pas prévoir les réactions de tout un peuple mais je peux essayez de deviner. Les sequetza ont une langue et des coutumes différentes des vôtres. La guerre et les conflits font partie de leur quotidien et de leur tradition depuis longtemps, ils ne les craignent donc pas. Mon avis est que la majorité ne voudra pas vous suivre. Mais il y a toujours des miséreux qui n'ont rien à perdre ou des aventureux ayant soif de découverte. Ceux là pourraient venir, si vous prenez le temps de les comprendre.

- Vous surestimez le nombre de mon peuple. Nous ne somme pas trois cent guerrier. C'est ce que nous pourrions rassemblez si le besoin s'en faisant sentir, en armant chaque personne capable de le faire. Ainsi nous somme à peine quatre cent à vivre dans les montagnes.

- Les mines abritent entre mille et trois mille esclave selon que les hobgobelin ont du succès  dans leurs raids ou non. La variation se fait de manière régulière aussi ne puis-je donner un chiffre plus précis. Mais avec un grand conflit ce maximum et se minimum augmenterons sûrement. En tout je ne pense pas les hobgobelins capable de gérer plus de six milles esclaves.

- La plante que convoite les mages de Xantum permet d'augmenter la puissance magique profane de celui qui la consomme, lui permettant de lancer des sorts plus puissant et plus de fois par jour. Elle peut aussi se substituer à nombre d'ingrédient nécessaire pour utiliser la magie profane. Mais une trop forte utilisation entraîner une dépendance et à la fin une perte des capacités magique. Toutefois utiliser de manière mesurer son utilité est certaine et elle est très demander. Mais le peuple de l'eau méprise la magie profane ainsi que l'idée de cultiver une plante dans le seul but de la vendre. Ainsi elle est très rare. Je n'ai donc pas de spécimen à vous montrer.

- Elle ne pousse que dans la contré de l'eau, les peuples du nord que vous appelez skaerling ne la connaisse donc pas.

- Guntur le dieu gardien et Guntur le dragon sont deux identité distincte. Leur nom semblable est juste une coïncidence. Quand à Nanook son église est la plus puissante et influente chez les açins. C'est la déesse du soleil, de la justice, de la bravoure et de la lignée impériale.

Le soleil est presque couché. Vous ne pourrez posez qu'une dernière série de question avant le départ d'Agung.

Malon le Malin

  • Invité
Re : Le savoir du sage des montagnes (ellipse)
« Réponse #44 le: 20 juillet 2015, 12:36:32 am »

Je finalise quelques notes sur mon livre en laissant le temps à Agung de reprendre quelques bouchées s'il le désire.

Le gouverneur et le commandant état de retour depuis un moment déjà et la pénombre tombant sur les documents de notre grand érudit.
Certains d'entre eux pourraient avoir des questions plus pertinentes que les miennes pour la colonie.

Quoique, Cesthandé semble toujours concentré sur ces parchemins, en effet, c'est un elf, il doit toujours y voir clair pour le moment.
Mais, il m'a semblé que malgré son air concentré, à plusieurs moments il avait relevé la tête, semblant indiquer qu'il écoutait Agung parler.