Identifiant: Mot de passe:

Auteur Sujet: Conseil de bienvenu (Premier mois)  (Lu 3623 fois)

celeste

  • Invité
Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #30 le: 17 mai 2015, 04:10:01 pm »
Le général se lève et s'adresse au gouverneur :

Vous avez entendu mes propositions, à vous de prendre les décisions, gouverneur ! Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, je vais devoir prendre congés.

Guzim

  • Invité
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #31 le: 17 mai 2015, 05:22:40 pm »
*Elwyn, vieux fou, quand donc apprendras-tu ? Si tu laisses le champ de bataille, tes ennemis occuperons la place ! * pensés-je en regardant le sage elfe s'éloigner. Maintenant, Goa pourra argumenter, manipuler, gouailler, trouver de nouveaux arguments sans contradicteur et finalement, la décision pèsera en sa faveur. *Enfin, c'est ton choix* conclués-je in-petto.

Je me tourne alors vers Goa, l'air fermé, bien qu'intérieurement, je m'amuse déjà de la conversation que nous allons avoir.

- Mon ami, comme je t'ai dit, je n'ai nul besoin de question test. J'irais vérifier chacune de ses réponses. Je ne le croirais pas même après une bonne réponse. Agung, pour le moment, n'est pas une menace, je ne vais pas dépenser de l'énergie ou de précieuses informations pour connaître une parcelle de ses pouvoirs.

Je lève la main en regardant un page qui sert les seigneurs de ce conseil. Le gamin bondit en avant pour recevoir mes ordres.

- Un verre de vin, petit, je te prie.

Je retourne à ma discussion.

- Goa, je suis d'accord avec toi sur la manière de formuler les questions, bien que je doute que Agung cherche à nous piéger et qu'il répondra de manière honnête en tâchant de nous convaincre qu'il peut nous être utile.

- Quant à tes questions, tu remarqueras que chacune d'elle contient en fait une multitude de questions, espérons que Agung ne s'en offusquera pas.


M'adressant alors à tout le monde, je conclus.

- Si vous êtes tous d'accord, je propose que nous posions les questions suivantes:
"- Quelles sont les richesses et les dangers de ce pays de ruines et de fleuves ?
- Quelle est l'étendue exacte des forces militaires du pays – celle du dragon rouge, des Séquetza, de la civilisation de la montagne, des tribus des marais, des autres ?
- Instruisez-nous sur les Dieux et les cultes de cette région."

- Maintenant, sauf si l'un de vous a quelque chose à ajouter, rendez-nous à nouveau sur l'autre berge, il est temps d'en finir.


Intérieurement je me dis *Et il y a tant de choses encore que nous ignorons : quels sont les conflits entre ces peuples ? Quelles connaissances ont-ils de notre civilisation ? Quel est leur niveau de technologie et de magie ? Quels sont les lois et les us de la région ? Comment est la nature ici ? Y-a-t'il des volcans, des raz de marée, des maladies, des malédictions, etc.*

Je me lève et sorts de la pièce, je cherche Elwyn, nous devons y aller ensemble, Elwyn, Goa, Drusillia et moi-même, afin que nous puissions tous entendre les réponses du sage et les interpréter chacun à notre manière.
« Modifié: 17 mai 2015, 05:24:34 pm par Seth Sibrus »

celeste

  • Invité
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #32 le: 17 mai 2015, 06:24:10 pm »
Lorsque le gouverneur sort en compagnie des autres membres du conseil, il aperçoit le général en train de donner des ordres à ses hommes.

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 532
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #33 le: 17 mai 2015, 10:44:01 pm »
Les conseillers présent n’omettent aucun commentaire sur ces trois questions et vous ressortez donc tous pour retrouver Agung de l’autre côté du fleuve. Celui-ci c’est de nouveau assied en tailleur en vous attendant, regardant ce qui semble être une tablette en argile gravée, qu’il range à votre approche.

A votre première question ("Quelles sont les richesses et les dangers de ce pays de ruines et de fleuves ?") il répond en ces termes :

- Les Sayams étaient connu pour leurs mines de rubis, même si ils en sortaient aussi d’autre pierre précieuse et qu’ils possédaient de nombreuses carrières. Vous trouverez nombre d’objet portant des rubis dans ces ruines et peut être même quelque endroit d’où en extraire. Mais les mines les plus riches sont aux mains de Baruk. Les trois artefacts crée par la déesse Rayen se trouve toujours sur cette terre et c’est également le cas pour l’un des trois qui appartenait à l’empereur Wibawa.
Quand aux dangers, outre le dragon, ses hobgobelin et les bandes de pillard gobelin, le principal vient de mort-vivant qui hante les autres ruines des cités Sayam. Les tristes événements qui ont amené à la chute de leur civilisation ont eu pour résultat de retenir nombre d’âme errante dont certaine ne sont plus que pur concentré de haine. Leur présence malveillante a finit par faire s’élever nombre de cadavre qui la nuit s’anime pour errer sans but ou répéter éternellement les ultimes combats qu’ils ont livrées.


A la deuxième question( "Quelle est l'étendue exacte des forces militaires du pays – celle du dragon rouge, des Séquetza, de la civilisation de la montagne, des tribus des marais, des autres ?") il prend une mine plus songeuse. La question lui pose visiblement plus de difficulté :

- Sachez tout d’abord que Baruk n’est pas un dragon rouge. Pour ces troupes il doit y avoir environ deux mille hobgobelin qui compose ses soldats permanant mais chaque membre de se peuple est formé au maniement des armes et espère quitter un jour son statut de travailleur pour devenir un membre de l’armée. Il y en a quatre mille ainsi. Ce sont des combattant compétent, bien organiser et qui dispose en armement du mieux que notre contient puisse offrir. Le dragon leur a notamment apprit l’ingénierie et l’alchimie et ils font un grand usage de l’acide.
Mon peuple est petit et composée de peux de membre. Actuellement seule une trentaine porte les armes en permanence. Dix fois plus pourrait combattre si cela devenait nécessaire mais je préférerais éviter une telle situation.
Les séquetza de leurs côté ne forment plus un peuple unis mais sont répartit en plusieurs cités états aux alliances très variées. Il y en a en tout une quinzaine, chacune disposant environ d’entre cent et mille combattant. Seules les deux cités les plus puissantes disposent de plus : la première peut en rassembler jusque à cinq mille, la deuxième jusque à trois mille. Les sequetza pratiquent la guerre d’une manière rituelle et codifié mais leurs guerriers appartiennent à une caste qui dédie leur vie au combat et ils sont de ce fait très bien entraîner.
Le peuple au nord est organisé en un grand et puissant empire. Son armée n’est pas permanente mais composée de levées qui vont et vienne selon les besoins. Si toutes ces forces étaient réunies on pourrait alors compter dix mille combattants de nature très diverse : des fermiers conscrits, des soldats à plein temps mais aussi des moines et des guerriers sacrés ayant dédié leurs vies à leur mission.
Les tributs du sud sont soumis aux mêmes variations et n’ont pas de force permanente. Toutefois la dernière fois où elles se sont toute unies contre une menace connue, leurs forces rassemblées comptaient trois mille combattants. Contrairement aux séquetza ils ne dédient pas pleinement leurs vies au combat mais la rude vie qu’ils mènent fait tout de même d’eux des adversaires redoutable.
Par delà les terres des Séqutza il existe une grande et cosmopolite cité. Sa garde compte environ une centaine d’élément et est la seul force officielle présente. Il existe nombre d’autre organisation en son sein mais elles ne sont pas unis depuis fort longtemps et je ne peux savoir qu’elle force donnerait leur union.
Après l’empire au nord d’ici se trouve un peuple de berger, de marchand et de pillard. Mais il a été vaincu et ces membres n’ont plus le droit de porter les armes.
Et à l’ouest des tributs du sud on rencontre une civilisation dirigé par une cabale de mage avide de pouvoir. Leurs armées est composé de soldat à plein temps qui compte au nombre de deux milles.
Enfin dans le cœur de ces montagnes se terrent une tribu de gobelour cruel et malfaisant. Cela fait bien longtemps qu’ils ne sont pas tous partie en guerre aussi j’ignore leur nombre exact mais je dirais qu’ils rassembleraient entre un millier et trois fois se nombre de combattant, si ils venaient à tous s’unir.


La troisième question ("Instruisez-nous sur les Dieux et les cultes de cette région.") semble moins le perturber et il répond beaucoup plus naturellement :

- La déesse tutélaire des Sayems était Rayen. C’était une noble dame lié aux rivières qui appréciait l’art et la gouvernance fait de manière efficace et généreuse. Elle distribuait ces bienfaits avec beaucoup de générosité à ceux qui crée des choses belles ou règne avec bonté. Mais les péchés de son peuple et les blessures que cela à causer l’ont changé et aujourd’hui elle ne se préoccupe plus que de la protection de ses précieuses rivières et cour d’eau.
Les Sayems rendaient aussi hommage à Buana, protecteur des petits villages et des fermiers, à Guntur, gardien des lois, des cités et du commerce, à Wangi, patronne des amoureux et de la beauté et à Sari, celle qui juge les morts. Les Sayems ont eu une telle influence sur la culture de la région que tout ces dieux sont aussi vénérer chez les autres peuples qui leurs ont survécut, avec d’autre.


Ceci dit il se lève et ajoute :

- Maintenant que j’ai répondu à ces questions je crains de devoir prendre congés pour retrouver mon peuple au plus vite. Pardonnez-moi de me montrer aussi avare avec mon savoir mais c’est le seul bien que je peux vous offrir et je ne peux donc le dilapider trop librement pour que mon offre ait toujours un intérêt à vos yeux. Mais comme je l’ai dis si vous refusez les offres de Baruk et de Titu je reviendrais vous trouver pour partager avec vous pour répondre à toutes vos questions. Au revoir étranger, puisse le malheur être absent de votre futur.

Il s’incline poliment puis part ensuite dans la direction opposé à votre colonie, en marchant d’un pas tranquille.

celeste

  • Invité
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #34 le: 17 mai 2015, 11:27:52 pm »
Le général Elwyn fait un signe à un groupe composé de quatre éclaireurs lorsque l'homme s'en est allé ; ces derniers semblent suivre ses traces.

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 532
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #35 le: 19 mai 2015, 01:11:44 am »
Le lendemain de la visite d’Agung les quatre éclaireurs chargé de le suivre revienne à votre colonie à une heure avancée de la mâtiné.

- Nous somme désoler messires explique leur chef mais nous avons perdu la trace de la personne que nous devions suivre. Tout allait bien durant la journée, il avançait en marchant sans se presser ni faire aucun effort de discrétion. Mais la nuit arrivé il c’est mit à prononcer des incantations magique et soudain il est devenu invisible. Puis il en a prononcé d’autre et il a commencé à se déplacer à une vitesse incroyable, du moins c’est ce qu’on en a déduit des bruit qu’ils faisaient. Dans le noir il était impossible à pister entre son invisibilité et sa rapidité.

Une autre nouvelle vous est-elle annoncer beaucoup plus tôt : une escouade d’hobgobelin se dirigerait vers votre communauté, venant d’une direction très éloigner de celle des gobelins. Au nombre d’une dizaine, ils chevauchent des loups et ne mettrons donc que trois jours à arriver vers vous. Le guetteur signale qu’un humain les accompagne et qu’il semble transporter plusieurs coffres, monté sur un loup sans cavalier.

celeste

  • Invité
Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #36 le: 19 mai 2015, 06:00:55 am »
Le général demande à être reçu par le gouverneur afin de lui faire part que Agung a utilisé des moyens magiques pour empêcher que nos éclaireurs le suivent et pour discuter afin de savoir si l'on embarque pour la mission contre les gobelins ou bien si l'on demeure ici au vu de l'annonce de l'arrivée des hobgobelins.

Goa

  • Invité
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #37 le: 22 mai 2015, 05:02:44 pm »
J’ai salué le départ d’Elwyn d’une révérence subtilement exagérée, pour souligner à ceux qui ont la moindre habitude de la cour le manque de manières du général.

J’ai acquiescé aux intentions de Seth Sibrus, montrant que nous nous entendons tout à fait, « Si nous attendons d’avoir confirmation d’au moins un des réponses d’Agung avant de nous fier aux autres, c’est avisé et je vous appuie, gouverneur ». J’ai discuté encore un moment avec lui et les autres conseillers avant de me retirer à mon tour pour préparer la traversée.

Une fois passé de l’autre côté du fleuve jusque devant Agung, j’ai salué l’homme courtoisement avant de laisser place à notre gouverneur, puis d’écouter attentivement le sage indigène. J’ai joins mes remerciements à ceux du gouverneur devant l’étendue des réponses:

« Quand bien même vous nous auriez communiqué tout votre savoir, Agung du Peuple libre des montagnes, il vous restera toujours notre souvenir de votre générosité. La princesse Eutropia, notre suzeraine, est aussi bienveillante qu’elle est puissante et nous saurons plaider auprès d’elle pour tous les bienfaits qui nous sont faits. Puisse le bonheur te visiter, toi et ton peuple. »

En voyant les éclaireurs dépéchés par Elwyn, j’acquiesce avec un sourire, « Je n’aurais pas fait mieux, général », lui confie-je avec un sourire.

De retour sur notre île, je place les révélations d’Agung sur une carte sommaire du pays que j’ai tracée sur une table. J’en discute avec le gouverneur et les autres conseillers, s’ils le souhaitent.

L’arrivée des hobgobelins me fait rire, « Et de un – Baruk se présente, si Agung disait juste ». Je souhaite que nous le recevions dans un endroit qui ne leur permette pas d’observer nos défenses ou nos forces. Je m’arrange en particulier pour qu’ils ne voient pas nos navires à voile.

« Temporisons notre réponse – n’oubliez pas »
« Modifié: 22 mai 2015, 10:36:18 pm par Goa »

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 532
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #38 le: 22 mai 2015, 06:48:38 pm »
Cacher les navires à voile derrière une colline entourant votre colonie sera facile. En revanche votre communauté, située en hauteur, est particulièrement visible. La seule solution pour empêcher les hobgobelin de l’observer est de se porter à leur rencontre avant qu’il soit sur les berges de la rivière.

Le jour de leur arrivé vous franchissez donc le fleuve accompagnez d’une solide escorte et prenez place sur un petit promontoire précédent votre colonie. Votre présence ici suffira à masquer aux hobgobelin votre communauté.
Après une petite demi-heure les chevaucheurs de loup arrivent dans votre direction et après quelque minute vous pouvez enfin les observer.

Grand, bien bâtit et avec leurs corps portant les marques d’un rude entraînement vous comprenez tout de suite que vous avez face à vous des soldats d’élite. Leurs loups sont de semblable aspect et ont l’apparence de bête bien nourris. Les cavaliers portent des armures qui faite en plusieurs couche d’un tissus inconnu renforcer de bois et de pierre. Ils portent un bouclier de bois et de cuir, des épées courtes d’obsidienne, une longue lance en bois et plusieurs petites bourses faites d’un cuir très dur.
Leurs aspects puissant et féroce ne font que ressortir le côté pathétique de l’humain qui les accompagne. En plus de sa maigreur on voit que son corps est recouvert de nombreuse cicatrice de petite blessure, dont de nombreux coup de fouet. Bien qu’il soit propre ces cheveux et sa barbe sont long et emmêler, comme si il n’avait pas pu les raser depuis fort longtemps. Comme Agung sa peau est d’un orange cuivré, une teinte qu’on ne voit nulle part en mer intérieur.

Tandis que l’humain garde la tête basse les hobgobelin vous examine attentivement, observant avec une attention toute particulière les objets métallique visible. Puis ensuite l’hobgobelin de tête se tourne vers l’humain et prononce quelque parole. La langue qu’il utilise est rapide, aigu et criard, comme des piaillements. Le cavalier qui partage la monture de l’humain le met alors à terre sans ménagement, faisant chanceler un peux celui-ci. Une fois debout il se dépêche d’aller dans votre direction. Quand il est face à vous il s’incline bien bas puis prend la parole. La langue qu’il utilise est différente de celle des hobgobelin, plus lente, articuler et calme.

celeste

  • Invité
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #39 le: 22 mai 2015, 06:58:38 pm »
Le général a placé des troupes de façon à pouvoir prévenir une quelconque tentative le cas échéant.

Goa

  • Invité
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #40 le: 22 mai 2015, 10:37:21 pm »
Bien droit et confiant, je regarde arriver les Hobgobelins en fronçant tout juste un peu les sourcils par compassion envers le pauvre homme quand il est lancé par terre. Je l'écoute en plissant un peu les yeux, puis je réponds assez longuement dans sa langue avant de traduire pour mes compagnons.

L’homme parle la langue native.

Le dragon Baruk est son maître. Il le dit souverain de la forêt de Mega, bienfaiteur des sages, chef des hobgobelin et destructeur des traîtres sayams.

Baruk nous envoie ses salutations, à nous, « étrangers ayant abordé les côtes de son domaine ».

Il nous fait prévenir qu’il a interdit aux hommes d’habiter ces terres, qui auraient appartenues aux « traitres sayams », il y a longtemps, « pour punir leur perfidie à son égard ».

« Baruk le Magnanime » serait prêt à nous pardonner cette transgressions dont nous ignorions l’existence – et même à négocier un marché pour nous autoriser à rester sur ces terres.

Je l’ai remercié de s’adresser à nous, je nous ai présenté et j’ai dit que j’allais discuter avec vous avant de répondre.


Edit: je n'avais pas vu que je comprenais la langue; texte modifié en conséquence.

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 532
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #41 le: 23 mai 2015, 01:03:57 am »
L’homme attend que Goa ait finit de vous parlez puis il se tourne vers les cavaliers à qui il parle dans leur langue. Le chef hobgobelin affiche un moment un air de mépris lors de cette réponse. Une fois qu’il l’a totalement entendu il se tourne vers ces subordonnés et leur ordonne quelque chose d’une voix forte. Un d’entre eux met alors pied à terre, descend ensuite un coffre monté sur un loup sans cavalier et l’ouvre devant vous, de telle sorte à ce qu’il soit bien visible. A l’intérieur vous voyez étinceler de mille feux une pile de rubis, chacun de la taille d’un pouce, taillé sans le moindre défaut. Le chef hobgobelin lance ensuite sèchement quelque mot à l’interprète. Ce dernier s’incline de nouveau, se retourne vers vous et reprend la parole, de la même langue que la fois précédente.

Goa

  • Invité
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #42 le: 23 mai 2015, 04:31:10 pm »
Le coffre doit contenir 100 000 po de rubis!
 
J’incline la tête de manière poliment appréciative de l’offre du dragon tout en essayant de ne pas paraître impressionné par le débordement de richesses que représentent ces rubis. Je prends un air déçu relativement au site, puis au taux d’échange.

Je dis quelques mots dans la langue skraeling, puis je communique l’offre aux autres :

Ayez l’air critiques, messieurs.

1) Notre établissement : Baruk permet que nous nous établissions sur l’île-colline, plus soixante kilomètres dans toutes les directions. Il interdit l’intablissement ailleurs dans le pays sayam – ce pays de fleuves et de ruines, si je comprends bien. Ce site est assez grand pour notre avant-poste en pays sayam - et rien ne nous empêche de nous étendre ailleurs en Arcadie, si cela est à l'avantage de la princesse.

2) Les ruines : Le dragon permet que nous prenions ce que nous voulons dans les ruines, sauf les trois artefacts créés par « la déesse des traîtres sayams » et « qui ont causés beaucoup de tort au grand Baruk », qui doivent être laissés dans les ruines – les objets y sont donc.

3) Le commerce de fer contre rubis : le dragon exige que nous lui vendions du « métal gris que nous utilisons pour fabriquer nos armes et nos outils ». En échange de 5 grammes de fer, il offre 1 gramme de rubis – ce serait bon pour nous enrichir, mais serait-ce vraiment bien en regard des intérêts de la princesse Eutropia? Nous devrons en discuter en privé.


Je fais signe aux hobgobelins qu'ils doivent attendre.

Edit: ajusté au changement de dimension communiqué par notre celesste MJ.
« Modifié: 24 mai 2015, 04:13:14 pm par Goa »

Hors ligne MJ_celesste

  • Moderator
  • Divinité
  • *****
  • Messages: 5 532
  • Nerd et fier de l'être
    • Voir le profil
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #43 le: 24 mai 2015, 12:01:06 am »
L’interprète dis quelque mots aux hobgobelin, leur chef paraît un peux énerver et lui réplique aussi une courte phrase avant de se tourner vers ces subordonné et de leurs parler aussi. L’homme se retourne ensuite vers Goa et lui dit quelque mot tandis que les cavaliers mettent pied à terre, range le coffre contenant les rubis et commence à disposer des pieux autours de la zone où se trouve leurs montures. Il n’y a nul besoin de parole pour comprendre qu’ils sont décidés à attendre que vos délibérations.

Vous rentrez donc dans votre colonie et vous dirigez vers la salle du conseil pour commencer vos discussions. Certain conseiller ont déjà des avis :

- Renvoyez dès maintenant une telle quantité de rubis à l’empire avec l’assurance de pouvoir en obtenir d’autre contre un peux d’acier garantirait le succès immédiat de l’expédition, la gloire de la princesse et nous assurerais d’avoir tout le soutient dont nous avons besoin pour continuer nos activités ici déclare Drusilia d’une voix où trahit un peux d’enthousiasme. Ce serait comme le retour à l’âge d’or des armées d’exploration. Cette limite de colonisation est assez gênante mais je suis sur qu’en négociant nous pourrons la faire tomber.

Votre trésorier se lève alors pour prendre la parole. Jeune homme bien soigné au physique de scribe, Ovidius parait un peux secouer par la vu des hobgobelin et de leur interprète.

- Mais vous avez vu l’état de cet homme ? demande-il. Il est clair qu’il a été maltraité. Cela montre bien que ce que nous a dit Agung sur se Baruk est vrai. Si nous lui donnons du métal d’autre humain risque d’en souffrir !

celeste

  • Invité
Re : Conseil de bienvenu (Premier mois)
« Réponse #44 le: 24 mai 2015, 04:44:48 am »
Le général prend la parole et déclare de façon charismatique :

Si nous passons un accord, aussi tentant soit-il, avec ce dragon, semble-t-il maléfique, nous nous attachons nous-même un boulet au pied sans compter que si Agung n'a pas menti, nous aurons les Sequeta en ennemi et inversement si nous acceptons la proposition que ces derniers ne vont pas manquer de nous faire.  Il me semble, après réflexion, que ce que le sage Agung a proposé paraît moins gratifiant sur le plan matériel mais nous assurerait une certaine neutralité dans la guerre qu'ils se livrent et qui donne l'impression d'être de plus en plus réelle avec la venue de ces hobgobelins.

Le général marque une légère pause pour vérifier l'attention de son auditoire et reprend avec force de conviction :

Mon analyse stratégique est la suivante : Si l'on se mêle de cette guerre entre Baruk et les Séqueta, on va y laisser des plumes, c'est certain ! En effet, nos forces ne sont pas assez nombreuses pour pouvoir faire face à l'un ou à l'autre comme ennemi sans compter que nous n'avons pas la certitude qu'ils seront des alliés fiables. Il vaut donc mieux les laisser s'affaiblir mutuellement sans notre aide et profiter de la situation lorsqu'ils seront en position de faiblesse. Ensuite, Nous ne pouvons pas nous permettre d'être sous la tutelle d'un dragon ou d'un empire indigène pour notre expansion colonisatrice dans ces terres. Enfin, je pense qu'il soit possible que le fait que le dragon ait souligné qu'il ne faille pas s'emparer des trois artefacts, qui seraient une menace pour lui, selon ses dires, soit un moyen, pour lui, d'essayer de nous tenter pour que nous essayions de nous en emparer ; ainsi, il pourra invoquer le fait que nous cherchions à lui nuire et que nous ne respectons pas nos engagements sans oublier qu'il soit étonnant qu'il ait volontairement préciser une de ses faiblesses.