Identifiant: Mot de passe:

Plagues - Survivre en Ordann

SURVIVRE EN ORDANN

Depuis les pandémies, le rythme des saisons est bouleversé en Ordann. Le soleil, voilé derrière le ciel gris et terne continuel, ne permet pas beaucoup de réchauffer l'atmosphère, et la température moyenne reste assez basse tout au long de l'année. Les jours sombres et les nuits claires se confondent parfois, tout comme les saisons qui ne se distinguent plus vraiment entre elles.

Rares sont ceux qui sont assez courageux ou assez fous pour s'aventurer en dehors des havres. Il y a d'abord la cendre qui empoisonne peu à peu tout ce qu'elle touche, et qui en tombant en flocons épais dissimule sous ses épaisseurs les sentiers autrefois sûrs. Il y a les animaux qui ont survécu, souvent rendus encore plus agressifs par les effets de la cendre. Et il y a surtout les hordes plus ou moins nombreuses d'infectieux, qui errent sans apparente logique et qui recherchent sans fin à attaquer les vivants. Il se murmure aussi qu'on croise parfois des groupes de morts-vivants qui semblent avoir un semblant de hiérarchie et d'organisation, mais rien ne dit que ces bruits soient avérés. On dit aussi que d'immenses cités mortes sont apparues par endroit, ce qui apparaît encore plus fantaisiste mais qui nourrit les histoires terrifiantes qui se racontent. Ce qui est sûr c'est que se faire mordre par un infecté est fatal : on doit couper le membre contaminé ou la victime se relèvera en tant que mort-vivant infectieux à son tour. Seule la décapitation ou la crémation pourra alors en venir à bout.

Si l'extérieur des havres est un danger permanent, vivre à l'intérieur n'est pas forcément de tout repos non plus. Les luttes pour le pouvoir y sont souvent ravageuses, le confinement exacerbant les haines et les rivalités entre les différentes corporations. Tandis que le reste de la population subit la situation et tente de survivre comme elle le peut, on ne compte pas les manigances et coups bas entre marchands ou maîtres de guildes, alors que certains Sages qui dirigent les havres maintiennent parfois un climat de terreur, n'hésitant pas à bannir hors des havres, et donc à condamner à mort, ceux qu'ils considèrent comme hérétiques.

On ne vit pas en Ordann. On y survit.