Identifiant: Mot de passe:

Darksun - Géographie

Géographie

Il y a des centaines de types différents de terrain sur Athas, depuis les plaines de cailloux balayées par les vents jusqu'aux canyons tortueux des amas rocheux, en passant par les sables brillants et les champs désordonnés de rochers. Malheureusement, ils est impossible de décrire en détail la géographie de tous ces lieux.
Nous allons plutôt nous attarder sur quatre terrains principaux d'Athas : la Mer Pulvérulente, les Plateaux, la Cordillère et les Hinterlands.

La Mer Pulvérulente
Au centre des terres inhabitées d'Athas, se trouve un énorme bassin submergé, nommé la Mer Pulvérulente.
Cette région est remplie de minuscules particules de poussière et d'alluvions que le vent a charrié dans cette vaste dépression pendant des milliers d'années : la pulvre.
J'ai rencontré des voyageurs qui prétendent que la Mer Pulvérulente était jadis une mer d'eau. Aussi improbable que cela puisse paraître, la théorie ne devrait pas être totalement écartée. Il y a, après tout, certaines similitudes entre la Mer Pulvérulente et une étendue d'eau : elles sont toutes deux planes, elles remplissent les régions de basse altitude et les
objets lourds coulent dans les deux. Bien qu'il me semble improbable que l'eau se soit transformée d'elle-même en poussière, il est concevable que ce bassin fut jadis rempli de liquide au lieu de poussière.
Par temps clair, ce qui est si rare que |on pourrait dire quasiment jamais, la Mer Pulvérulente ressemble à une plaine sans fin de poudre nacrée. Parfois, elle est aussi plane qu'une table et il vous semble que vous pourriez voir nettement l'autre côté du monde. Plus souvent , la poussière a été brassée en dunes étoilée ou a l'amoncelée en une houle massive.
Certains jours, quand la pulvre prend la forme de crêtes parallèles ressemblant à des vagues, la mer ressemble à un lac gris infini, gelé au moment ou toutes les lames sont a leur sommet. Mais. habituellement la Mer Pulvérulente n'est même pas visible. La brise la plus légère lève un manteau argenté de poussière qui s'accroche à la surface comme un brouillard. Il devient impossible de dire ou l'air charge de poussière se termine et ou le lit de pulvre s 'achève. La mer prend l'aspect d'une landes sans fin, la poussière tourbillonnant s'élevant de sa surface comme des vapeurs chargées de cendres, obscurcissant votre vision des choses, aussi proches que lointaines.
Quand le vent souffle plus fort, comme il le fait souvent, la Mer Pulvérulente devient un bouillant nuage de poussière, les rives teintées de la lumière cramoisie du soleil et le centre aussi sombre que le coeur d'un dragon. Un homme se tenant un tel jour près de la mer ne peut pas voir à plus de quelques pas dans n'importe quelle direction. La poussière recouvre
ses vêtements, son visage, l'intérieur de son nez et même, apparemment ses  poumons. Il ne peut voir le sol ou le ciel et, quand il marche, ses pieds traînent dans plusieurs centimètres de poussière épaisse. Il est désorienté et perdu, et cela devient pour lui chose facile que d'errer dans la mer elle même.
Parfois il disparait pour toujours. Pendant les jours de tempêtes le rugissement du vent sur la mer ressemble à un cri de mekillot. Si vous êtes à moins de quatre-vingt kilomètres de la
Mer Pulvérulente, il n'y a rien d'autre à faire que de se mettre à |abri et d'attendre, il y a des journées où la pulvre s'élève à des centaines de mètres dans les airs, arrêtant la lumière du soleil et transformant le jour en nuit. La poussière est si épaisse que respirer sans un tissu devant \e nez et la bouche revient à s'étouffer, et que rester à découvert plus de quelques
minutes vous enfouit sous un tas de poudre grise.
le vent peut souffler pendant seulement quelques heures durant de telles tempêtes, mais la pulvre peut rester en suspension dans l'air longtemps après qu'il se soit arrêté. Cela peut prendre un jour ou plus avant qu'elle ne se soit redéposée en quantité suffisante pour pouvoir voyager de nouveau, et plus d'une semaine pour que le halo ait totalement disparu
du ciel.
Mais, même quand le vent ne souffle pas, la Mer Pulvérulente est loin d'être un lieu hospitalier. la poussière est trop légère pour qu'un homme puisse marcher dessus, et trop profonde pour que n'importe quel homme puisse passer à gué. Quiconque essayant de le faire coule invariablement et est perdu.
Il subit une mort terrible, suffocant alors que ses poumons se remplissent de poussière grise.
Comme on peut |imaginer, les difficultés de voyage ont un effet dissuasif sur les explorations de la Mer Pulvérulent.

Se déplacer sur la Mer Pulvérulente
Le passage à gué est habituellement employé uniquement près de la rive, car la poussière est trop profonde dans la plupart des régions de la mer pour les humains et les demi-humains, ne leur permettant pas d'avoir pied. Au mieux c'est un procédé lent et pénible, car le voyageur doit utiliser une perche pour sonder le lit de la mer devant lui ou risquer de
tomber dans un trou invisible - et se déplacer dans la pulvre peut être assez fatiguant.
Quand quelqu'un met le pied dans l'une des nombreuses fosses qui parsèment le fond de la mer, il disparaît simplement  à moins qu'il ne soit accompagné d'amis qui ont une méthode quelconque pour le retrouver, comme une corde attachée autour de sa taille. Il semble que de telles victimes infortunées suffoquent quatre minutes après qu'elles aient disparu, car j'ai entendu de nombreux récits de sauveteurs retrouvant leur compagnon mort cinq ou six
minutes après sa disparition de la surface.
Il faut également noter que plus la taille de la créature est grande, plus celle-ci peut aller loin dans la Mer Pulvérulente. Je pense bien sur aux géants en particulier à ceux qui ont établi leurs demeures sur des îles de l'Estuaire de la langue Fourchue. Ils ont définis des chemins qui leur permettent de traverser à gué entre les îles et la terre ferme, à la grande consternation des nobles dont ils pillent les champs de céréales.

Je devrais ajouter que de nombreux clercs avancés qui adorent le plan élémentaire de la terre ont développé la capacité de traverser la pierre, la terre, le sable, etc., comme s'ils passaient dans de l'air.
Cette capacités rapplique bien sur dans la Mer Pulvérulente, mais le clerc doit faire attention à ne pas se retrouver quelque part dans la poussière quand son
pouvoir surnaturel s 'achève. Si cela devait arriver, il suffoquerait sans doute comme tous les autres.
Certains humains emploient diverses techniques pour marcher dans la Mer Pulvérulente comme le font les géants. Je connais au moins un lieu ou un village va commercer avec les géants d'une île en marchant sur des échasses. Ils s'enfoncent ainsi jusqu'aux chemins établis et, bien sur, tout faux-pas peut être fatal.
Au moins une communauté importante de nains emploie des véhicules pour traverser la mer. Bien que ces drôles de constructions aient l'air vraiment comiques avec leurs roues grandement surdimensionnées et leur section utile au transport relativement petite, elles fonctionnent très bien. les nains dans le ventre de l'engin actionnent, a fin de fournir
la force motrice, une série de manivelles qui provoquent la rotation des roues, propulsant ainsi le véhicule.
Un certain nombre de communautés humaines emploient des engins similaires, soit qu'elles ont construit elles-mêmes, soit qu'elles ont acheté aux nains, et les utilisent comme vaisseaux marchands.
Dans de nombreux cas, de tels engins sont propulsés par des esclaves qui sont enchaînés à leur poste de travail et qui sont forcés de tourner les roues au rythme du tambour d'un surveillant.

Les plateaux
La Mer Pulvérulente est entourée de tous les côtés par les Plateaux, une bande de terrain relativement plat, dont la largeur varie de moins de quatre vingt kilomètres à plus de six cents quarante. C'est là ou la civilisation des anciens florissait . au moins si nous pouvons en juger par toutes les ruines laissées.
C'est l cet endroit qu'aujourd'hui  les restes de la civilisation s'accrochent à quelques oasis verdoyantes.
Les Plateaux sont généralement arides, chauds et désolés. Même dans les journées sans vent, le ciel est rempli d'un halo jaune vert de poussière en suspension.
Le soleil cramoisi brille avec une ferveur sans pitié et les brises ressemblent au souffle  chaud du Dragon lui-même. Le sol est desséchée et désolé, soit cuit avec la dureté de la céramique soit manquant tellement d'eau qu'il a la consistance d'une fine poudre. Ici et là, des buissons et des touffes d'herbes épineux s'accrochent au sol, attendant une pluie décennale afin de libérer leurs graines.
les plaines des Plateaux sont la demeure d'une large variété de cultures composées de toutes les races. Là, le voyageur trouvera un ermite, des meutes de thri-kreen, des tribus nomades, des villages et les quelques cités restantes. Il rencontrera des gens de toutes les races et de toutes les classes: esclaves humains. nobles elfes et même. dans un ou deux
cas, des marchands petites-gens. les Plateaux sont le plus vaste creuset d'échanges d'Athas, ou les différentes cultures de nombreux peuples sont forcées de se mêler ou de s'affronter.
Cela ne signifie en aucun cas que les Plateaux sont domestiqués. Dans la seule Région de Tyr, il y a des dizaines de milliers  de kilomètres carrés de plaines et je suis sûr que moins d'un million de personnes vivent dans cette région, la plupart d'entre elles dans des cités, des villages ou d'autres agglomérations localisée près d 'une bonne source d 'eau.
Mais de long en large, les plaines sont vides et sauvages, peuplées de tribus insoumises et de bêtes sauvages. les Plateaux sont dans leur ensemble un lieu idéal pour l'aventure et la mort.

La Cordillère
Des chaînes de montagnes encerclent les Plateaux comme le ferait une corde, toutes étant orientées nord-sud. A l'est et à l'ouest de la Mer PulvéruIente , elles forment des séries de plissements parallèles. les profondes vallées qui les séparent s'éloignent du centre d'Athas comme une série de longs corridors.
Je n'ai visité que les montagnes situées à l'ouest de Tyr, gardez donc à l'esprit que mes commentaires reflètent des impressions ressenties à cet endroit.
Ces montagnes séparent plus ou moins les Hinterlands des Plateaux, alors que les montagnes au nord et au sud de la Mer Pulvérulente forment de longues voies de communication reliant ces deux mêmes régions.
Il est tout à fait concevable que cette différence de terrain a eu un profond effet sur les sociétés vivant dans ces régions. Après tout, dans la Région de Tyr, les montagnes sont une barrière séparant cette partie d'Athas de tout ce qui se trouve au-delà. Dans les régions septentrionales et australes, les montagnes sont comme des tunnels qui guident le voyage
entre les deux régions selon un schéma fixe. En gardant cet avertissement à l'esprit, explorons la Cordillère.
Vue à cent cinquante kilomètres, la Cordillère ressemble a une bande de nuages rougeâtres étreignant I'horizon. Au fur et à mesure que vous vous rapprochiez. ses contours estompés deviennent de plus en plus aigus et distincts. A une distance de septante cinq kilomètres, les formes déchiquetées des pics individuels  deviennent visibles. Entre trente et quarante-cinq kilomètres, vous commencez à escalader de grands amoncellement de sable grossier en forme d'éventais se déversant des canyons. Une fois que vous êtes à moins de dix kilomètres des montagnes, la chaîne prend l'apparence d'un grand mur de pierre lisse et de falaises à -pic.
A ce point, les voyageurs au coeur faible se désespèrent souvent de ne pouvoir traverser les montagnes et rebroussent chemin. Ne faites pas cette erreur.
Alors que vous marchez difficilement, vous découvrirez que les montagnes ne sont pas vraiment aussi inhospitalières qu'elles en ont l'air. Voyager en leur sein est simplement une question de sang-froid et de progression à un pas lent et ferme.

Les Hinterlands
Les Hinterlands forment une région qui se situe au-delà de la Cordillère. Je dois confesser que je sais peu de choses de cette région, car mes voyages ne m'y ont fait pénétrer que sur cent cinquante kilomètres.
Mais laissez-moi préciser pour ma défense que je suis la seule personne à ma connaissance à y avoir jamais voyagé et à en être retourné. Pour autant que je sache, tous ceux qui ont décidé d'explorer cette région ont simplement disparu.
A première vue, les Hinterlands ne sont pas très différents des Plateaux. Après avoir descendu le versant occidental de la Cordillère et fait votre chemin à travers des kilomètres de sable accumulé à I'embouchure des canyons, vous arriverez sur une plaine plate et vide qui s'étend à perte de vue. Vous avez atteint les Hinterlands.

La majorité du terrain que j'ai rencontré dans les Hinterlands est composé de savanes. Comparées à celles des Plateaux, ces plaines sont inhabituellement plates ; à l'exception des buissons et d'un arbre occasionnel, elles sont aussi planes qu'une table.
Malheureusement, la douce brise qui semble souffler en permanence soulève une bonne quantité de poussière, de telle manière qu'un halo vert gris s'accroche au sol, limitant la visibilité à moins d'un kilomètre.
Il y a un vaste nombre d'animaux dans les savanes, la plupart d'entre eux ne se montrant pas particulièrement farouches vis-à-vis des créatures bipèdes.
Au cours de votre voyage, vous rencontrerez sans doute des troupeaux sauvages d'erdlus ou des mekillots, des essaims de kanks non domestiqués et des dizaines de créatures que vous ne reconnaîtrez pas toutes. Si elles ne fuient pas devant vous, alors vous seriez prudent de fuir devant elles.