Identifiant: Mot de passe:

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Minuit

Pages: [1] 2 3 ... 9
1
Même si le ton de mon interlocuteur est toujours froid, son explication est déjà bien plus intéressante que lorsqu'il a tourné les talons. Me creusant toujours la tête pour essayer de trouver une issue favorable, je réponds tranquillement :
- Merci pour vos éclaircissements Commandant, le terme "blocus" était sans doute mal employé... Je pense que vous aviez compris que le but de la manœuvre était surtout de dissuader ou ralentir une tentative d'exfiltration du Capitaine Krik et de son groupe. Mettre en place une telle entrave, aurait, selon moi, permit de donner un peu plus de temps pour que le groupe menant la traque puisse prendre à revers ce Krik.
- J'agrée aux propos de Mademoiselle Liane, son groupe d'éclaireurs n'est pas encore assez compétent pour mener une telle mission sans risquer de se faire décimer. Les seuls capables d'une telle prouesse, sont nous seuls en fait.

- J'aurai bien proposé de remédier au manque de marins, en confiant le rapatriement du navire pirate aux danseuses et aux pirates captifs. En usant de leur pouvoir de charme, ils les emmèneront sans poser de soucis. Bien sûr, en établissant une de nos unités à bord "au cas où". Ainsi, cela nous laisserait deux navires complètement opérationnels, et à l'équipage frais, pour tenter d'entraver l'exfiltration.

- Sinon, j'ai peut être une autre idée, mais elle me semble plus aléatoire... Elle consisterait à rester en mer, en attendant que le navire pirate ne récupère son Capitaine, pour leur tomber ensuite dessus. Mais il me semble plus compliqué, car nous devrions réussir à repérer leur navire sans qu'eux ne repère les nôtres... Très incertain...

2
Quelque peu soulagée et satisfaite que le Commandant retrouve une oreille réceptive à mes propos, je fais donc mes propositions. Difficile de dire si le ton et le regard de notre chef des armées à une certaine emprise sur moi, étant donné qu'une grande partie de mon visage est caché, mais je m'exprime en tout cas sans trembler:

- Comme je le disais, nous n'avons plus l'avantage de la surprise, mais disposons de celui du nombre. Nos troupes sont plus fraîches et, d'après ce que j'ai pu en voir, mieux équipées que l'ennemi.
- Je ne suis pas experte en batailles navales, mais je ne vois pas comment trois navires pourraient être inquiétés par un seul, aussi voila ce que je recommande:
  - Embarquons nos troupes de manière équilibrée sur chacun de nos navires, et établissons un "blocus" à distance raisonnable des côtes, pour empêcher le navire pirate de s'en approcher.
  - Conjointement, composons un groupe au sol, constitué des personnes les plus expertes, pour tenter de localiser et de neutraliser ce Krik et ses sbires. Grâce aux informations de la pirate, nous savons "à peu près" à quoi nous attendre. Si nous arrivions à les localiser et à nous approcher discrètement, nous pourrions alors leur tomber dessus au moment le plus opportun.

- Si vous estimez que ces propositions sont trop dangereuses pour nos troupes et nos élites, je n’insisterai pas davantage. Cependant, si notre initiative est couronnée de succès, nous auront de meilleures chances de récupérer nos troupes captives, et de mettre la main sur le second navire pirate pour renforcer notre flotte.

3
De plus en plus surprise par l'attitude du Commandant, celui-ci ne dédaignant même pas écouter mes propos et arguments, je reste un bref instant interdite.

* Quelle impolitesse... Et quel foutu caractère! On avait vraiment besoin de ça? *

La réaction de notre chef des armées m'agace fortement, et je me laisserai volontiers aller à la colère et le sermonner vertement! Mais cela n'arrangerait rien, et montrerait une nouvelle fois aux troupes notre désaccord. Une fois a bien suffit, les batailles d'ego sont vraiment une perte de temps.

Je fais signe à Jaskar pour lui signifier que j'ai bien prit note de son intervention pertinente, puis pars à la suite d'Elwyn. Autant que possible à l'abri des oreilles indiscrètes, j'essaie de le ramener à la raison. Le ton de mon verbe se veut diplomate, mais il laisse tout de même transparaitre une pointe d'irritation:
- Ser Elwyn s'il vous plait, écoutez au moins ce que j'ai à vous dire. Par intérêt pour notre colonie, par intérêt pour le Taldor, laissez-donc votre agacement de côté et remettons nous au travail pour tuer dans l'œuf le péril que nous allons laisser croître si nous rentrons maintenant.

Je reformule donc les propos précédemment évoqués, en y adjoignant ceux apportés par le conseiller Jaskar. Une fois ce "rapport" réitéré, je ponctue alors:
- Par les Dieux du Taldor, je vous en conjure, révisez votre opinion Commandant. Nous ne pourrons intervenir sans vous, votre concours nous est indispensable.

4
Descriptions Générales / Re : Discussion hrp
« le: 07 mai 2016, 12:47:09 am »
Je viens de répondre à Elwyn en RP.

Avoir l'avis de tout le monde sur le fil général serait pas mal. Ainsi que la réponse à mes "attaques" Commandant.  ;)

Très intéressant ces petites gueguerres d'égo.  :)

5
Je prends le temps de répondre à Liane, en toute courtoisie:
- Oui bien sûr, nous sommes au service de la Princesse, je suis tout à fait d'accord avec vous. Ma proposition d'avoir recours au vote n'a d'objectif que de statuer sur une décision des plus hauts représentants que nous sommes présentement, en l'absence de notre Gouverneur. Gouverneur qui, dans sa grande sagesse, tient grand compte des avis que nous émettons lors des conseils.

Puis, j'écoute les avis de chacun, et semble surprise de la réaction du Commandant. Alors que celui-ci fait quelques pas pour semble-t-il nous fausser compagnie, je l'interpelle, sans élever la voix, bien que mon ton, un peu plus autoritaire qu'à l'accoutumée, trahisse un début de contrariété:
- Commandant Elwyn! Je crois que vous vous fourvoyez sur la situation:
- Nous étions en train de discuter et réfléchir à une stratégie pour prévenir un futur péril sur notre colonie, et vous décidez unilatéralement de mettre fin aux débats?...
- Pour votre gouverne, nous ne remettions pas en cause vos ordres, mais certaines de vos idées. Car au cas où vous l'auriez mal compris, nous sommes en cours de conseil actuellement, et pas en mission! Comme chacun d'entre nous, vous êtes un membre du conseil, et votre voix ne vaut ni plus ni moins que celle de n'importe lequel d'entre nous. Votre statut de Commandant ne vous donne en aucun cas le titre de Commandeur, et vous devez comme nous tous, vous conformer aux décisions du conseil.


Ma voix, certes autoritaire, est dénuée de toute agressivité. Le but de la manœuvre est de rappeler à chacun où est sa place, et où se trouve la limite de celle-ci. Je poursuis donc:
- Le conseiller Malon a raison: "vos ordres sont toujours des ordres". Mais cela est uniquement valable pour les troupes sous votre Commandement, pas sur les membres du conseil. Par conséquent, nous ne pouvons pas remettre en cause votre autorité comme vous vous en plaignez, puisque celle-ci n'existe tout simplement pas!
- Maintenant, prenez votre décision. Mais si vous décidez de renvoyer les troupes à Eutropia, vous hypothèquerez toute chance de libérer les danseuses captives. Vous disiez pourtant il y a quelques instants, qu'il n'y aurait pas d'abandon de troupes...

- Quand à la décision d'emmener des civils... Et bien nous en rediscuterons probablement avec notre Gouverneur, puisque c'est une décision qu'elle a approuvé en personne. Je suis sûre qu'elle sera ravie d'entendre rétroactivement, que c'était une mauvaise idée. Si vous aviez des réserves sur notre présence pour mener à bien l'opération, il fallait les formuler avant que nous quittions la colonie. Critiquer après coup est à la portée de tout le monde...

6
C'est de manière très attentive que j'ai écouté les interventions du Commandant et du Magistère, puis à nouveau du Commandant. Certains arguments sont en accord avec les miens, d'autres me feraient lever les yeux au ciel. (ce qui ne se verrai de toute façon pas avec ma capuche rabattue) J'interviens à la suite du Commandant, toujours calme et sur le ton de la discussion:
- Hem... Même s'il s'avère que certains sujets devront être abordés, il ne s'agit ni du lieu ni du moment. Restons concentrés sur notre sujet principal, à savoir la neutralisation d'un danger futur pour notre colonie.
- Toutefois, et avant que Mlle Liane n'exécute vos ordres, il me paraît essentiel de rappeler à certains que nous sommes en réunion actuellement. Les seuls ordres qui devraient être formulés, ne le devraient-ils pas qu'après avoir été acceptés à l'unanimité de ce conseil restreint?


Je laisse flotter quelques secondes, pour que chacun reprenne conscience si ce n'était pas déjà le cas, qu'il n'y avait que des membres de conseil à statut égal, indépendamment de nos fonctions.

Je poursuis toujours aussi calme:
- Je ne souhaite pas non plus de risquer la perte d'un navire. Ma proposition précédente n'était sans doute pas suffisament explicite, mais je proposais que nos trois navires patrouillent ensemble. Ou du moins à éloignement très réduit. Les pirates qui ont fui sont peut être d'habiles marins, les nôtres le sont aussi, et secondés par des troupes de combat. L'abordage d'un de nos navires ne pourrait alors se faire sans que les deux autres n'arrivent en renfort.
- Car je pense également que le second n'aura pas trahi son capitaine et prit la poudre d'escampette avec son navire. Ces pirates ont l'air d'être prêts à mourrir pour ce Krik, pas à l'abandonner à la première occasion.

- La première étape consiste en effet à localiser le groupe de pirates des ruines. Je suis tout à fait disposée à faire partie de ceux qui s'en chargeront. Magistère Cesthandé, votre présence, et celle de votre homoncule, pourraient être appréciables.
- Conjointement, et cela me semble primordial pour autant insister, il faut que nos navires coupent toute possibilité d'exfiltration du groupe de Krik par son second. En naviguant de manière rapprochée, mais pas trop près des côtes non plus, pour éviter un abordage par Krik lui-même. Et si l'opportunité se présente, peut être même pourrons-nous neutraliser le navire du Second.


Je balaie l'assemblée du regard et propose enfin:
- Si d'autres ont des propositions à faire sur la méthode à employer, qu'ils le fassent de suite. Puis votons pour les solutions à mettre en œuvre.

7
Minuit s'exprime de manière circonspecte en reprenant les mots du Commandant:
- Il s'agit simplement de mener une petite expédition pour capturer ce capitaine?
- Vues nos informations, cela sera tout sauf simple!


Je laisse échapper un souffle d'exaspération avant d'ajouter, calmement et à voix basse:
- Que les choses soient bien claires: la personne que je suis a tout autant de mal que vous à envisager d'abandonner nos troupes à leur sort.
- Mais en tant que chef-espionne, et représentante officielle du Taldor dans cette expédition, je ne suis pas du tout convaincue que ce soit la chose la plus raisonnable à faire. Abandonner les prisonnières ne jouera pas beaucoup sur le moral de nos colons, et ne met absolument pas l'avenir de notre colonie en péril. En revanche, si nous étions amenés à disparaître, l'impact sur ces deux aspects serait certainement tout autre...
- Nos responsabilités nous imposent de parfois prendre, des décisions que l'on apprécie pas forcément, mais qui sont les meilleures pour Eutropia.


Je reprends ma respiration et poursuis, toujours calmement, mais d'un calme ferme et résolu:
- Constituer un groupe composé de nos élites pour aller traquer ce Krik et ses acolytes est un pari risqué. Je ne doute pas des aptitudes de chacun, mais l'adversité sera à la hauteur. Si ne serait-ce que l'un d'entre-nous mourrait, cela serait une perte bien plus inestimable que les cinq danseuses réunies.
- Malheureusement, l'opération initiale ne s'est pas déroulée comme escomptée, et nous ne bénéficions plus de la surprise. Plusieurs coups de cor d'alarme ont été sonné, et je ne serai pas surprise que leur écho soit parvenu jusqu'aux oreilles de notre ennemi dans les ruines.
- Nous bénéficions toujours par contre, de l'avantage du nombre! Je ne parle pas d'emmener des troupes au sol avec nous: les repartir sur les trois navires serait plus judicieux. Mais je suis complètement contre le fait de les renvoyer à Eutropia! Il faut agir avec lucidité, et non avec précipitation.
- Comme le Magistère l'a très bien expliqué, je parierai fort que ces pirates nous causent soucis à l'avenir, s'ils arrivent à s'échapper. Le seul moyen de les en empêcher, n'est pas de partir à leurs trousses pour autant, mais de les empêcher d'être récupérés par leur navire rescapé.
- Nous avons trois navires, faisons leur faire des patrouilles le long des côtes pour empêcher le navire pirate de s'en approcher. Le navire des fuyards est clairement trop petit pour le nombre de pirates qui sont à bord, la promiscuité et l'incapacité de secourir leur capitaine plomberont leur moral, et les obligeront à s'exposer ou commettre une erreur, ou à essayer d'établir un contact avec nous pour transiger. Il n'est même pas sûr qu'ils aient assez de vivres pour effectuer la traversée retour.
- Quand au capitaine et à ses suivants, la fatigue les rattrapera forcément à un moment, à force d'être sur le qui-vive en permanence, et sans base de repli.

- Renvoyer nos troupes nous priverait de cette opportunité. Pire: si le capitaine arrive à faire jonction avec son second, nous pourrions nous retrouver avec la totalité des pirates contre nous! Nos chances de délivrer les danseuses seraient alors réduites à néant...

8
Le garde en lequel j'étais dissimulé à gardé le silence pendant tout l'interrogatoire, fixant attentivement la pirate et écoutant ses réponses aux questions de Malon.
Tout juste a-t-il jeté un regard vers le Commandant Elwyn, en haussant un sourcil pour afficher son étonnement désapprobateur, lorsque celui-ci s'est permit de s'immiscer dans l'interrogatoire du diplomate.

Une fois la pirate hors de portée, et alors que nous nous retrouvons en petit comité, les traits du garde s'estompent et se modifient, pour redevenir ceux de la chef-espionne que vous connaissez.

Après avoir écouté chacun, j'ai pris le temps de la réflexion. Semblant hésiter sur la suite à donner aux événements de ce soir, je fini par exposer ma pensée:

- Capturer un navire ennemi, mettre en fuite les pirates pour les éloigner de nos terres, voila quels étaient les objectifs principaux de notre expédition. Si les choses ne se sont déroulées comme nous l'avions planifié, ces deux objectifs sont atteints et j'opterai naturellement pour que nous rentrions à Eutropia.
- Toutefois, le fait d'abandonner à leur sort, nos troupes retenues captives par l'ennemi, est une perspective déplaisante, et à laquelle j'ai du mal à me résigner.


Je soupire, perplexe:
- Mourrir ou être capturé par l'ennemi, est cependant un risque que nos troupes connaissent, et ont accepté. Cela fait hélas parti des risques du métier.
- Aussi, je préconise de prendre la décision qui sera le plus dans l'intérêt de notre communauté, plutôt que de partir dans une mission de sauvetage qui mettrait en péril davantage de nos effectifs.

- Si vous persistez néanmoins à monter une telle opération, je serai tout à fait disposée à mettre mes compétences à contribution. Je pense que nous devrions essayer de trouver une stratégie, qui les obligerait à se rendre, plutôt que de les affronter.

9
Une fois que les danseuses nous ont rejoint, je leur demande d'utiliser à nouveau leur sortilège de charme-personne:
- Mesdemoiselles, il semblerait que nous ayons à nouveau besoin de mettre vos talents en lumière. Faites usage de votre magie pour rendre cette pirate prisonnière plus docile, puis demandez-lui de gentiment répondre aux questions de notre conseiller ici présent.

Je m'adresse rapidement à Elwin:
- Commandant, il serait préférable de montrer un visage plus amical à notre ami, afin de ne pas la froisser, ou risquer de rompre le charme.

Une fois l'enchantement réalisé et confirmé par la danseuse qui aura effectué l'incantation, je fais signe à Malon de poursuivre l'interrogatoire.

10
J'ai regardé le magistère s'éloigner, sans mots dire mais perplexe.

Puis, avant que la pirate nous soit amenée, je fais demander à ce que les danseuses restantes nous rejoignent afin d'essayer de faciliter l'interrogatoire.

11
Le garde que je suis bâillonne donc le pirate, avant de le laisser être emmené par les autres gardes.
* Un homme libre hein?!... On ne doit pas avoir la même définition du terme "prisonnier" alors! *

Puis il reste proche des autres membres du conseil, focalisé sur Cesthandé. Voyant la réaction de celui-ci, je me doute qu'il a réussit à reprendre le contrôle, ou que Tito s'est effacé de lui-même...

Je suggère donc à notre petite assemblée:
- La violence n'est pas la meilleure solution. Nous devrions rappeler les danseuses, elles disposent encore de la capacité de les charmer. Nous en apprendrons ainsi bien plus, et bien plus vite.
- Et surtout, cela évitera que leurs réponses en froissent certains...
dis-je en regardant le bâton de notre Magistère.

12
Pas surprise pour deux ronds par la réponse erronée du pirate, j'attends de voir quelle sera la réaction du Malon. Mais à ma grande surprise, c'est Cesthandé qui réagit.

Étonnée par la violence de sa réaction, je m'éloigne discrètement afin d'aller incanter un sort de détection, pour revenir ensuite auprès des gardes et me concentrer sur Cesthandé.

* Surprenant... Serait-ce une des facettes de Tito? *

13
Bon pour moi! Merci  ;)

14
Descriptions Générales / Re : Discussion hrp
« le: 07 avril 2016, 11:42:25 pm »
Le soldat en lequel je suis déguisé ne se prononce pas...

15
- Très bien, vous avez sans doute raison.

Je pars dans le campement, et me fond dans la masse de nos soldats.
Quelques instants plus tard, un homme d'armes vient rejoindre les militaires qui encadrent les pirates, et fait un clin d'œil à Malon.

Pages: [1] 2 3 ... 9