Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/www/cf910064bc973aeca8b564b04f2e0003/web/forum/Sources/Load.php(225) : runtime-created function on line 3
 Réflexion sur le jeu de rôle
 
Le Gardien
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
19 Octobre 2019 à 08:48:46

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Rechercher:     avancée
La plateforme a déménagé à l'endroit suivant :
http://www.cerbere.org/~pbf/PbF/
89606 Messages dans 4718 Fils de discussion par 939 Membres
Dernier membre: Dravonne
* Accueil Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous
Le Gardien  |  L'arrière cour du Gardien (Sections archivées)  |  Les théories d'Athéna  |  Fil de discussion: Réflexion sur le jeu de rôle « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Imprimer
Auteur Fil de discussion: Réflexion sur le jeu de rôle  (Lu 4044 fois)
Cerbere
Administrateur
Champion du Cerbère
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 8696



Voir le profil WWW Courriel
« le: 17 Juin 2007 à 15:36:49 »

Bonne rencontre,

Le JDR se meurt ? C’est ce qu’on veut nous faire croire mais les sorties du moment font mentir cette affirmation.  Je pense que le JDR est entrain de subir une transformation pour le déplaisir des anciens.

Il me semble de plus en plus que les joueurs deviennent plus des consommateurs  que des concepteurs. Cela doit sans doute venir du passage de génération qui est habitué à consommer tout et n’importe quoi.  Alors pourquoi cela serait-il différent pour les jeux de rôles ? Le problème, c’est qu’il me semble que cette consommation n’est pas assez importante même si l’esprit est là. On risque donc de tomber dans un schéma négatif pour les jeux de rôles. De moins en moins de création du côté amateur et un faible taux de vente ne peut que décourager certaines maisons d’éditions.

Dans cet esprit de consommation, la tendance semble d’ailleurs s’orienter vers les jeux minutes comme je les appelle. On prend un thème, on décrit les grandes lignes et on poudre le tout de règles allégées. Je ne suis pas contre ce genre de jeu mais ils manquent un peu de consistance.

Heureusement, il reste encore quelques passionnés qui créent pour le plaisir de créer. Dernièrement, nous avons eu droits à des sorties fort intéressantes provenant de jeux amateurs ou d’autres petits organismes. J’espère que ceux-ci resteront toujours assez nombreux pour maintenir cet équilibre précaire.

Notre meilleur arme fasse à cette situation n’est-il pas de faire passer le virus autour de nous ?

Amicalement,
Cerbère.
 
Journalisée

"What you need to understand about the apocalypse is that you aren’t Mad Max. You’re part of the skull pyramid in the background."

Collectif de l'Orbe : http://www.orbe.be
Flohock
Illustrateur/illustratrice
Roi
********
Hors ligne Hors ligne

Messages: 951


Fewman


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #1 le: 17 Juin 2007 à 17:33:36 »

Interrogation intéressante. Cela dit la question que je me pose est : comment passer le virus ?

Pour ma part malgré des efforts répétés je n'ai jamais réussi à initier qui que ce soit et j'ai même du mal à motiver des convaincus à faire une partie dans les rares moments où l'on se retrouve dans la possibilité de le faire. Ceci explique peut-être cela aussi ^^. C'est vrai qu'au vu de mes echecs répétés en jet de charisme tout au long de ma vie, je dois probablement en tirer la conclusion que j'ai le charisme d'une "huitre bègue et paralytique".

Mais d'un naturel optimiste, je me demande si cela ne peut pas venir d'ailleurs que de mon incompétence à convaincre mes pairs. Auquel cas le problème ne viendrait pas de moi mais serait d'ordre plus général. Ouf ! Quoi qu'au final je ne sais pas ce qui est le pire...  :unsure: Mais ne soyons pas négatifs, le jeu de rôle peut très bien intéresser de nombreuses personnes encore néophytes.


Il y a maintenant un peu plus de deux ans, j'ai eu une bonne expérience en la matière. Je dis peut-être ça par excès d'optimisme mais il se trouve que j'ai réussi à provoquer un engouement certain pour l'activité qu'est le jeu de rôles face à une assemblée totalement étrangère à cette activité.

C'était en cours de communication, face à ma prof et les autres étudiants. Alors peut-être étaient-ils un peu plus réceptifs que la moyenne, peut-être le joli powerpoint les avait-ils conquis, peut-être aussi que la passion était communicative, ils manifestaient quoi qu'il en soit un grand intérêt avec d'innombrables questions à la bouche, ce qui a été peu vu dans l'ensemble de ces exposés. J'étais ravi. On a même discuté après le cours de jeu de rôle et l'enthousiasme ne semblait pas vouloir se perdre. Je me suis pris à rêver de nouveaux joueurs avec qui faires des parties régulières étant donné que l'on avait vraiment du temps. C'est alors que fièrement j'ai lancé : "Si vous êtes intéressés, on peut se faire une partie un de ces soirs !"

...

- Ah, je crois que la pause est finie.
- Faut y retourner.
- Ouais je viens de finir mon café en plus.
- Moi j'ai pas fini ma clope !
La cigarette n'était pas complètement consumée, l'engouement pour le jeu de rôles si.

Je ne vois que peu d'explications à cette expérience des plus blasantes.
La première est la loi de Murphy. C'est une explication un peu trop généraliste mais il faut avouer que ça marche avec tout. Et donc aussi dans ce cas précis.
La seconde est que la perspective de l'implication demandée par le jdr a tout de suite refroidi les ardeurs de tout le monde. Peu de personnes sont prêtes à dépenser du temps, fusse-t-il pour une activité qui les comblerait. C'est vrai on n'a aucune garantie que cela nous plairait. Et vu que cela prend du temps mieux vaut le passer à d'autres activités au plaisirs plus immédiats. Les domaines ludiques économiquement viables sont ceux des plaisirs immédiats et donc plus superficiels, et non des passions plus profondes. Cela rejoint Cerbere. En effet dans ce contexte, les "jeux minute" sont plus porteurs et c'est pourquoi dans une société de consommation, ce type de jeu a plus d'avenir que les productions plus poussées, parfois assez hermétiques. Ainsi si la condition d'une société de consommation est nécessaire à rendre la vie dure aux courageux qui tentent de créer des jeux de rôles un peu complexes ou subtils, elle n'est a priori pas suffisante. Il faut aussi que les consommateurs aient la sensation que passer du temps sur une activité c'est perdre du temps. Le problème est que cette sensation vient aussi certainement de cette société qui pousse à consommer plutôt plus que mieux. Le cercle vicieux.

J'ai bien fait d'être optimiste, moi ! Grimaçant

Bon la question est donc, comment peut-on sortir de ce cercle de manière viable ? Comment faire cohabiter plaisirs immédiats et passions chronophages sans qu'aucun des deux ne prenne le pas sur l'autre ? Ensuite comment convaincre son entourage que c'est possible et que c'est préférable ? Et comment faire cela avec un charisme d'huître bègue ? Tant de questions se posent encore mais j'arrête ici car avec un tel charisme il n'est pas dit que quiconque atteigne la lecture de cette ligne. :ph34r:  
Journalisée

Cerbere
Administrateur
Champion du Cerbère
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 8696



Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #2 le: 24 Juin 2007 à 15:23:39 »

Bonne rencontre,

Il est vrai qu’il est plus facile à dire qu’à faire ce genre de chose. Surtout quand on voit ce qu’il intéresse la plupart des jeunes maintenant. Ma compagne Naliah est enseignante dans le secondaire (11 ans à 18 ans en théorie) et vu ce qu’elle me raconte, il m’est difficile de croire que ce type de jeune trouve un quelconque intérêt aux jdr.

J’essaie depuis peu d’initier quelques personnes mais à chaque fois les parties passent après X ou Y.  Hors, on fait vite le tour de ses connaissances et je me vois mal faire du porte à porte pour convaincre les gens de découvrir le JDR. Grimaçant

Certes, il y a les guildes mais c’est forcément des gens qui sont intéressés à la base donc on ne peut pas parler d’un renouvellement. Il y a toujours les conventions qui attirent toutes sortes de gens mais ce n’est pas l’idéal pour convaincre le joueur.
Une idée est peut être les cercles estudiantins ? Les jeux de rôles en ligne via forums ou mails sont peut être aussi une solution aussi pour enclencher un intérêt. Encore faut-il pousser les gens à faire le premier pas vers cette initiation.

Il y a toujours cette foutu image négative de notre belle passion qui bloque beaucoup d’initiative.  J’ai un ami qui dit systématiquement « Je fais un truc » quand un de ses potes l’appelle au téléphone pendant une partie de jdr. Je fais un truc et non pas je fais un jeu de rôle. C’est peut être bête mais voilà… Clin d'oeil

Enfin comme dirait un de mes personnages, il ne faut pas penser au problème mais à la solution. Grimaçant

Amicalement,
Cerbère.
Journalisée

"What you need to understand about the apocalypse is that you aren’t Mad Max. You’re part of the skull pyramid in the background."

Collectif de l'Orbe : http://www.orbe.be
Eresdren
Empereur
*********
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1002



Voir le profil Courriel
« Répondre #3 le: 22 Octobre 2007 à 14:41:24 »

Petit ajout à la discussion:

N'oublions pas non plus que, comme toute chose, le monde du JDR s'est tout simplement professionnalisé. Aujoud'hui c'est fini les rédactions rassemblant des passionnés amateurs qui bidouillent pour sortir un supplément X à l'arrache. Ne parle t'on pas de "l'industrie" du JDR.

Les "jeunes" générations de rôlistes ne sont aussi que le reflet de ce qu'on leur offre.

Le JDR est entré dans l'air de la production/consommation avec des objectifs de rentabilité bien plus percutant qu'avant. Ceci est aussi à ajouter à la mutation qu'a subit et continue de subir le monde du JDR.


Je trouve que le terme de "virus" que tu emplois Cerbère est vraiment adéquate...au vu de l'image que nous trainons encore...
« Dernière édition: 22 Octobre 2007 à 15:16:49 par Eresdren » Journalisée

Understanding is a three edged sword. Your side, their side, and the truth.
Saint Epondyle
Aventurier
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 169


Archange Unique


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #4 le: 23 Octobre 2007 à 10:31:19 »

Ô rage,
Ô desespoir,
Vous n'avez que tous trop raison.
En effet, je suis étudiant au Havre, et je me vois difficilement lancer dans ma classe une partie de Jdr. Les "plaisirs immédiats" sont quasi uniquement axés autour de soirées étudiantes hyper-arrosées ou tout le monde vient. Proposer une activité en petit groupe, calme et régulière er je pense qu'on me regarderait avec éffarement, ne comprenant pas je n'utilise pas plutot mon appartement à faire une soirée avec tout le monde.  Triste
Le jeu de rôle est un peu connu. La plupart des gens connaissent quelqu'un qui connait quelqu'un qui a déja joué ; mais les clichés et suscpicions diverses autant qu'infondées sont légion et il est très difficile de motiver les gens pour jouer sur le long terme. Et même en ayant convaincu quelques uns pour une partie d'essai, la moindre séance un peu moins rythmée vous sera renvoyé à la gueule avec force commentaires, comme si le meujeu était un bouffon que l'on félicite quand il nous divertit et que l'on rabroue quand il devient lourd. En réalité, comment faire comprendre que le jeu est avant tout un jeu collectif et qu'une bonne partie n'est pas fonction que du meujeu mais également des joueurs, de leur perso, de leur Rp...

Pour autant, l'idée de créer un groupe de totues pieces de gens n'ayant jamais joué (c'est un projet que j'ai à moyen terme dans ma classe étudiante) est séduisante : pensez y, vous pouvez enfin instrure le jeu à des gens de la manière qui vous parait la meilleure dès le début, sans devoir changer les mauvaises habitudes éventuelles de joueurs experimentés (en explicant dès le début que c'est un jeu Rp pour tuer dans l'oeuf tout grosbillisme par exemple). Vous pouvez également réutiliser des ficelles de narration éculées pour beaucoup et les rendre éclatante aux yeux des nouveaux.

Pour convaincre à mon avis, il faut proposer n scénario relativement court mais hyper-soigné à tous les points de vue. C'est un manière d'accrocher et de faire en sorte que le joueur ne s'enfuit pas.  

Cordialement,

St Epondyle
Journalisée

Iä ! Iä ! Shub-Niggurath !

Mon blog JdR
Pages: [1] Imprimer 
Le Gardien  |  L'arrière cour du Gardien (Sections archivées)  |  Les théories d'Athéna  |  Fil de discussion: Réflexion sur le jeu de rôle « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Cerbere.org tient à remercier particulièrement tous ceux ayant travaillé sur le thème Cerbere.org
afin que le forum puisse garder son identité sous le nouveau forum SMF
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !