Le Livre du clan Goran. Chapitre 8.

Rédigé par Dain le 06 décembre 2011 | Classé dans Midnight, Textes
Mots clés : midnight, textes

Le livre du Clan Goran
Chapitre 8: Départ vers l’Est

Après deux jours de calvaire, nous nous apprêtons à quitter les ruines de la forteresse du clan Naroc. Meloc et les trois frères ont tout fouillé de fond en comble afin de trouver quoi que ce soit d’utile pour notre quête. Comme l’on s’en doutait, rien n’a pu être récupéré à part de vieilles armes rouillées et de l’eau croupie. Les Naroc ont oeuvré consciencieusement pour empêcher toute future utilisation de quelque ressource que ce soit en leur possession. Les citernes d’eau, par exemple, ont toutes été polluées avec des métaux bruts et même une fois bouillie, l’eau reste impropre à la consommation. Quant aux aérations, elles ont été obstruées de sorte que l’air devienne rapidement pauvre, rance, et ne permette plus l’accueil d’une population importante. A la lumière de ce que nous avons pu découvrir, leurs mines ont été scellées au moins un an avant la chute de la forteresse. Si l’envie nous en prenait, cela nécessiterait plusieurs mois pour à peine dégager les entrées, et seul le Dorogin sait ce que nous y trouverions alors. Nul doute qu’ils ont tout fait pour emmener le maximum de chose dans leur tombe, et faire comprendre à tous ce que l’honneur des Naroc signifie.

Je regarde mes notes et me rend compte que j’ai du passé deux jours entiers à écrire les rares noms gravés sur les piliers de l’antichambre des héros, épargnés par le vandalisme des orques. D’après mes déductions, la forteresse a du tomber il y a environ deux ans. Le sauvageon semble vouloir rester désormais toujours avec moi lors de mes pérégrinations. Ses yeux semblent constamment bouger, comme constamment à la recherche de quelque chose. Alors que nous nous trouvions dans la forge, il s’est mis à creuser frénétiquement dans un âtre et m’a montré la présence de cendres fraîches ainsi que d’abats d’animaux cachés dans les profondeurs du charbon. Il m’a fait ensuite comprendre, en se pointant du doigt, que des membres de son clan, ou de sa race, difficile à dire, étaient passés par là. Ces derniers vivraient dans le sillage des orques, les suivant dans l’ombre et se repaissant des restes laissés par les Odrendors comme des charognards.

Ma relation avec le sauvageon ne cesse d’évoluer. Par le passé, j’étais un des rares à essayer de le traiter comme une personne normale, comme quelqu’un qui puisse être réhabilité. J’ai bien essayé de lui apprendre à parler notre langue, et bien que je sois sûr qu’il comprenne tout ce que je peux lui dire, je ne pense pas qu’il n’arrive jamais à émettre un son articulé et intelligible. Fait nouveau, alors que nous nous rapprochions du réseau de cavernes principal, il s’est mis à me montrer de légers sillons sur les murs, marques souvent présentes très près du sol. Je pensais au début qu’il s’agissait là de choses tout à fait naturelles ou au pire faites par quelque animal sauvage. Mais alors qu’il nettoyait la zone, je me rendis compte de mon erreur de jugement. Cela ressemblait plus à des codes, disons à un jargon très particulier. Je viens de finir plusieurs croquis des ces signes que vous pourrez trouver en fin de ce journal. J’espère qu’ils vous seront utiles. Vous y trouverez des significations concernant les ennemis, la nourriture, les animaux, l’eau et bien d’autres choses. Vous y trouverez aussi tout un exposé sur la façon qu’ont les sauvageons de gérer la datation. En faisant des sillons plus ou moins profonds, et avec un amas de poussière plus ou moins important, l’ensemble devient impossible à détecter. La profondeur des sillons, conjugué à l’épaisseur de la poussière permet en outre de déterminer la date du message. Procédé apparemment très simple, mais diablement efficace lorsque l’on sait bien le réaliser. Il est certain que nous avons certainement dû passer à côté de ce genre de marques des centaines de fois, mais sans jamais nous en rendre compte.

La tension vient de monter d’un cran. Lorsque nous avons finalement quitté la forteresse, nous savions que nous nous rapprochions dangereusement de la zone contrôlée par les Odrendors. La nourriture commence à se raréfier. Là où elle aurait du être florissante se trouve désormais une zone dépecée jusqu’à la racine. L’empreinte des troupes de l’Ombre se fait plus présente désormais. Même les bassins d’eau potable souterrains sont quasiment à sec, et le fin filet de leur source peine douloureusement à tout remplir de nouveau. Nous prenons ce que nous pouvons là où il y a encore un peu de ressources et anticipons les moments où cela deviendra encore plus rude, lorsque nous progresserons encore plus vers l’Est. Mais pour le moment, une autre inquiétude pèse sur nos coeurs. Après quatre jours de marche depuis la forteresse du clan Naroc, nous venons de trouver nos premiers cadavres. Les corps montrent sans erreur possible les marques de vardatch, notamment des blessures béantes sur la poitrine. Que les victimes soient seulement des orques et des gobelins aurait dû nous réjouir mais la putréfaction des corps n’est pas à un stade avancé, signifiant que les troupes Odrendors sont très proches de notre position. Nous allons avoir besoin de toutes nos compétences pour ne pas nous faire détecter ou nous allons devoir faire face à un combat que nous ne pourrons jamais gagner.


Auteur: Eric "Kane" Olson
Traducteur: Fred "Dain" Lipari
Relecteur: Raph "Cerbere" Roose, Nico "Arkane" Delzenne, Franck "LeSchti" Rubio

Le Livre du clan Goran. Chapitre 7.

Rédigé par Dain le 01 décembre 2011 | Classé dans Midnight, Textes
Mots clés : midnight, textes

Le livre du Clan Goran
Chapitre 7: Les Ruines du Clan Naroc

Après deux jours à explorer les environs de la caverne, nous avons finalement décidé de partir à la recherche de la forteresse du clan Naroc, d’anciens alliés que nous pensons être tombés sous l’épée de l’Ombre. Dans ma jeunesse, le voyage d’ici à la forteresse aurait pris une bonne journée de marche soutenue mais avec les routes principales désormais scellées, dans le but de renforcer les défenses de la forteresse assiégée, nous aurons besoin de bien plus. Nous venons de trouver de vieux outils de sape, abandonnés il y a bien longtemps. Ceci est la preuve que les troupes de l’Ombre ont bien essayé de dégager les tunnels obstrués. Mais après examen des coups de pioches, le travail nous semble ancien, quelques années au moins. Je vois cela comme un mauvais présage. Les orques n’abandonnent jamais, à moins, bien sur, qu’ils aient trouvé un autre passage, plus efficace.

Cela nous a pris trois jours pour trouver la bonne route et arriver aux portes de la forteresse. La zone est une excavation grossièrement taillée mais assez large pour permettre aux attaquants de créer un flux offensif régulier. Le tunnel d’entrée doit faire près d’un kilomètre et demi de long, et est parsemé de zones de défenses. Dans une telle configuration, l’Ombre à du perdre des centaines voire des milliers de soldats dans ce tunnel, rien qu’en tentant de percer les défenses extérieures. Les traces de sang des guerriers morts au combat tâchent encore la surface des rochers alentours, témoignages des massacres passés. Le clan Naroc a fait payer cher leur audace aux Odrendors bien que nos frères devaient savoir qu’ils se battaient sans réelle chance de survie, que leur forteresse serait leur tombeau. Aurions-nous pu faire mieux à leur place ? J’en doute. Je vois plutôt cela comme un avant-gout de ce qui nous attend si nous devions échouer dans notre mission.

L’inspection de la forteresse est terminée. Même si les traces des combats datent d’il y a très longtemps, nous avons décidé de partir à la recherche d’une possible trace plus fraiche, afin de s’assurer qu’aucun orque ni rejeton de l’Ombre ne déambule au sein de la cité. Meloc et deux des trois frères ont exploré la zone mais n’ont rien trouvé comme indices laissés par quiconque vivrait encore ici. De toute évidence, l’Ombre avait pour seul but de tuer toute forme de vie. Aucun projet d’acquisition de la forteresse, aucun désir de puiser dans les mines riches du clan ou même de faire des esclaves mais plutôt une extermination du clan pur et simple, un génocide à mes yeux.

La tristesse plane sur nos cœurs. Marcher à travers les couloirs de la forteresse fut une des choses les plus difficiles que j’ai du supporter. Les images de ce lieu, de mes yeux d’enfant, sont encore vivaces dans mon esprit. Les visages, les sons, surgissent encore tels des spectres du passé, une torture dont je n’arrive pas à m’échapper. Nous venons de trouver une chambre commune où les Naroc se sont entre-tués, les enfants, les agés, afin de leur éviter la vardatch ou la captivité. Les restes de leur os gisent là, au bord d’un autel du clan, rassemblés en un tas bien trop volumineux pour être supportable. Tous les os portent des traces de crocs, où la moelle a du être aspirée par quelque abomination de l’Ombre. Un spectacle écœurant. Plus loin, nous avons trouvé les fourneaux et les forges, sabotées et rendus inutilisables avec ingéniosité, afin d’en priver les Odrendors pour leurs réparations courantes. Mais c’est au centre de la cité que nous avons découvert le plus important. La grande fresque murale, sculptée dans la roche, montrant les routes commerciales ancestrales, la position des clans alliés et les postes militaires a été consciencieusement effacée. Même se sachant condamnés, Les Naroc ont su garder une pensée pour nous. Oui, nous, ceux qui n’ont envoyé aucun renfort, ceux qui ont préféré sceller tous les accès à leur forteresse plutôt que de combattre. Un clan de grand honneur s’est éteint ici, seul et isolé. Mais je jure qu’il ne sera pas mort pour rien !


Auteur: Eric "Kane" Olson
Traducteur: Fred "Dain" Lipari
Relecteur: Raph "Cerbere" Roose, Nico "Arkane" Delzenne, Franck "LeSchti" Rubio

Le Livre du clan Goran. Chapitre 6.

Rédigé par Dain le 30 novembre 2011 | Classé dans Midnight, Textes
Mots clés : midnight, textes

Le livre du Clan Goran
Chapitre 6: Les anciens terrains de chasse

Notre petit repos dans la caverne est terminé et nous devons nous remettre en route en direction du sud-Est, une région où devraient se trouver nos anciens terrains de chasse. Meloc pense qu’il nous sera facile de déterminer si les hordes de l’Ombre sont passées là. Les troupes ont les mêmes besoins que nous en terme de nourriture et leur nombre est incalculable. Contrairement à nous, ils n’ont que faire d’épuiser les ressources naturelles, de garder un peu de nourriture pour le futur. Non, les Odrendors n’hésitent pas à tout prendre, tout dépouiller. En fin de compte, nous devrions pouvoir utiliser cela à notre avantage, pister leur parcours et connaître leur position. Nous espérons aussi qu’une fois la zone de transit mise à nue, les troupes de l’Ombre n’auraient aucun intérêt à revenir en arrière, sans aucun moyen de remplir les estomacs. Nous pourrions ainsi nous cacher dans leur sillage.

Cela nous a pris deux jours pour arriver dans la caverne que Meloc recherchait. Les méandres de la montagne ont beaucoup bougé depuis ces dernières années et nombre de repères qu’il se rappelait ont disparus, ou les conduits y menant sont désormais infranchissables. L’émotion que nous avons éprouvée lorsque nous sommes arrivés dans la grotte peine encore à disparaître. Cette caverne est un ancien vaste champ de champignons de culture et semble ne pas avoir été touché par quiconque depuis longtemps, au point que ceux-ci atteignent des tailles incroyablement grandes. Nous n’avons quasiment pas trouvé de signes comme quoi la zone serait entretenue par un clan, ni servant de repas régulier pour des troupeaux domestiqués ou sauvages. Cela nous réconforte et nous fait peur à la fois. Qu’un tel champ ne soit pas entretenu par personne signifie que l’Ombre n’est pas venue en ce lieu depuis plusieurs années, et quand bien même elle connaîtrait jusqu’à son existence. Mais qu’aucun animal ne soit venu se repaître d’une nourriture aussi abondante signifie que notre ancienne zone de chasse, riche et pérenne semble avoir disparue, le gibier ayant été massacré jusqu’au dernier ou déserté tout le secteur.

Avec autant de nourriture et d’eau potable à portée de main, nous pensons qu’établir notre camp ici est une bonne idée. Cela devrait nous permettre d’en savoir plus sur la région et explorer les cavernes situées plus à l’Est. Nous faisons attention à tout, établissant par exemple notre feu dans un creux de la caverne. La roche et les champignons limitent l’expansion de la lumière et sa propagation au reste des souterrains, précaution au cas où quelque chose ou quelqu’un passerait non loin. Quant aux paillasses, nous avons décidé qu’elles seront posées dans une zone étroite où l’on ne pourrait approcher que d’une seule direction. Nous pensons que des tours de gardes, de deux personnes, sont nécessaires. Chaque personne prendra son tour, moi y compris. Peu importe l’aspect inviolé des environs, en dehors de notre forteresse, nous savons que nous ne sommes pas en sécurité. Quelqu’un ou quelque chose a fait fuir les animaux et il vaut mieux rester prudent, au cas où l’envie lui prendrait de revenir faire un tour par ici.

Un fait très intéressant. Les trois frères viennent de suggérer de remplir au maximum nos réserves de nourriture avec tous les champignons alentours. Cela nous a semblé bien avisé, du fait que nous ne savons pas si et quand nous pourrons rencontrer un tel étalage de nourriture de bonne qualité. Mais alors qu’ils s’apprêtaient à faire leur récolte, le nain sauvageon s’est mis à vociférer avec une fureur que l’on ne lui connaissait pas. Il s’est ensuite rué entre les frères et les champignons, visiblement bien décidé à ne pas les laisser poursuivre leurs exactions. Face à tant de véhémence, je me suis interposé pour les séparer. Cela fut très difficile de communiquer avec le sauvageon, du fait qu’il ne parle pas notre langue et qu’il s’exprime par gestes et en imitant apparemment certains animaux. Que cela soit dans un but de ne pas se faire détecter par autrui ou pour une autre raison, cela reste encore un mystère. Il s’est ensuite mis à s’agiter soudainement en quête de quelque chose autour de lui. Il jeta finalement son dévolu sur les restes de mandibules d’une carcasse d’insecte mort depuis longtemps et gisant non loin. Il s’approcha ensuite des champignons avec son trésor et se mit à couper de petits bouts de nourriture pour les mettre dans sa main. Fier de son geste, il nous montra son minuscule bout de champignon avec une joie non dissimulée. Je mis un certain temps à comprendre mais réalisais finalement la nature de son excitation. Il nous montrait comment faire en sorte de camoufler la prise de nourriture comme si nous étions des insectes géants. En fin de compte, si les éclaireurs de l’Ombre passaient par là, ils noteraient sans effort notre récolte, mais ne tiendraient aucunement note de champignons grignotés par quelques insectes locaux. Notre petit ami sauvage venait probablement de nous sauver la vie. Je commence lentement à comprendre comment ces sauvageons peuvent survire si longtemps au sein des Kaladrunes, même en terre occupée.


Auteur: Eric "Kane" Olson
Traducteur: Fred "Dain" Lipari
Relecteur: Raph "Cerbere" Roose, Nico "Arkane" Delzenne, Franck "LeSchti" Rubio

Le Livre du clan Goran. Chapitre 5.

Rédigé par Dain le 27 novembre 2011 | Classé dans Midnight, Textes
Mots clés : textes, midnight

Le livre du Clan Goran
Chapitre 5: En terre inconnue

Je prends le temps de rédiger quelques notes, afin qu’elles puissent servir à d’autres si jamais je devais tomber. Nous avons quitté le clan lors de la ronde de nuit. Les adieux avaient déjà été fait durant la journée et personne ne nous a vu partir. Une grande route nous attend, nous avons bien fait de partir à l’insu des nôtres. Nous avons marché presque deux jours d’affilée en direction du Sud et bifurqué légèrement vers l’Est, vers une zone de chasse scellée des années auparavant. Prévoyant notre venue, les équipes de mineurs avaient fait leur travail, déblayant juste assez le passage pour que l’on puisse circuler un par un. C’est toujours très impressionnant de voir à quel point tout est fait pour rendre la roche aussi naturelle que possible, qu’aucun mur ne porte la marque d’une pioche ou d’un outil divers. Bien qu’invisibles pour le moment, nous savions que les équipes de travail étaient là, quelque part, attendant que nous passions pour sceller le tunnel derrière nous. Ils feraient alors en sorte d’obstruer le boyau afin que cela ait l’air d’un effondrement naturel. Dans notre cas, dissimuler la vérité valait bien mieux qu’une épaisse fortification de plusieurs mètres de haut.

Le tunnel que nous avons emprunté par la suite était vraiment très étroit. Laissé à l’état brut, il avait été creusé par l’érosion et autres mouvements naturels de la roche. De ce fait, il restait humide et si petit que nous pouvions à peine circuler de front. Quant à Balten et l’un des trois frères, Darol, leurs carrures sont si développées qu’ils ont du marcher de biais, en collant le dos à la paroi. Sur près de la moitié du trajet, je fus même obligé de me tenir à quatre pattes et tirer mon paquetage derrière moi. La zone était couverte de débris et de poussière. Même respirer avait été difficile et je dû mette un linge sur ma bouche pour éviter de suffoquer. Le goût de la poussière a du mal à partir et ma bouche est encore pâteuse. Même l’eau ne semble pas suffisante pour l’humidifier. Au moins, je me console que rien ni personne n’a emprunté ce tunnel avant nous, et ce depuis qu’il a été scellé.

Nous sommes sortis finalement du tunnel après presque trois heures de lente et laborieuse ascension, dans une caverne relativement grande. Je suis complètement épuisé et très content que Meloc nous ait proposé de nous arrêter pour nous reposer et réajuster nos paquetages. Il était alors le seul d’entre nous à avoir jamais utilisé ce tunnel, et encore, une seule fois, et cela remonte à une douzaine d’années. Ammos en a profité pour examiner les rochers alentours. Après seulement quelques minutes, il a réclamé notre aide, et nous avons du soulever et déplacer quelques gros rochers afin d’obstruer le passage que nous venons d’emprunter. Nous avons manifesté notre inquiétude concernant les traces laissées dans le tunnel et il nous a confirmé l’impossibilité de les dissimuler. Les trainées laissées par nos paquetages et la quantité de débris charriés sont impossibles à nettoyer. La seule option est de colmater au mieux l’entrée afin d’empêcher les renifleurs gobelins de pister le chemin jusqu’à l’entrée de la forteresse. Ammos dit qu’il devrait réussir à camoufler la zone afin de la rendre aussi anodine que possible, la faisant ressembler à une simple fissure dans le mur rocheux, et ce en moins d’une heure.

Je ne suis jamais venu dans cette caverne mais je pense parvenir vaguement à me situer. La route principale menant à Calador doit se trouver à une demi-douzaine de jours encore, vers l’Est, à condition qu'une voie directe se dresse devant nous. De plus, selon moi, la forteresse naine la plus proche doit aussi se trouver à quelques jours à peine, au Nord-Est. Nous allons discuter de la marche à suivre prochainement mais quelque chose nous gène, nous rend mal à l’aise. La caverne dans laquelle nous nous trouvons est étrangement silencieuse, même en considérant que nous nous trouvons très loin de la moindre route praticable. Aucun son naturel ne nous parvient. Aucun son de goutte d’eau suintant et tombant d’à travers les fissures, aucun son de vermines rampantes, aucun son même parvenu des profondeurs de la terre ne nous parvient. Tout semble mort, ou éteint. La seule source de bruit vient de nos travaux d’obstruction et des discussions feutrées au sein du groupe. J’éprouve une drôle de sensation, comme si la vie avait fui la région. La question douloureuse est de savoir si tout cela n'est qu'une simple conséquence à la venue de l’Ombre ou la suite aux exactions de quelque horde d'abomination vorace. Nous sommes partis en quête d’un futur pour notre clan mais je commence à me demander si quoi que ce soit a vraiment réussi à survivre hors de notre propre forteresse.


Auteur: Eric "Kane" Olson
Traducteur: Fred "Dain" Lipari
Relecteur: Raph "Cerbere" Roose, Nico "Arkane" Delzenne, Franck "LeSchti" Rubio

Le Livre du clan Goran. Chapitre 4.

Rédigé par Dain le 07 novembre 2011 | Classé dans Midnight, Textes
Mots clés : texte, midnight

Le livre du clan Goran
Chapitre 4 : Le départ

Je fus surpris par la rapidité à laquelle nous nous étions préparé pour le départ. De nous tous, seuls Ammos, Meloc et moi avions toujours de la famille au sein du clan. J’avais, en ce qui me concerne, élevé mes enfants selon les vieilles traditions et nous avions ainsi passé les derniers moments à se remémorer les bons jours et s’échanger quelques bibelots, le tout sans ambages. J’avais décidé de laisser mes vieilles armes, des legs familiaux qui allaient désormais revenir à l’ainé de mes fils. Pour les remplacer, j’avais choisi une hache toute simple et fraichement forgée ainsi qu’une pioche de mineur ; Des armes de bonne facture mais d’une qualité sans aucune commune mesure avec celles que je laissais derrière moi. Pour Meloc, le cérémonial du départ fut très similaire au mien. A mon instar, lui aussi arborait de nouvelles armes, plus appropriées au combat sans bouclier.

Nous avions envoyé des éclaireurs aux postes d’observation afin de s’assurer qu’aucune patrouille de l’Ombre ne se trouvait dans les parages. Pour notre sortie, nous avions choisi un endroit peu fréquenté, à l’Est de la forteresse. Toutefois, par mesure de prudence, les équipes de travail firent tout de même en sorte d’ouvrir et refermer aussi rapidement que possible le passage. De cette manière, le message était clair. Il nous serait impossible de faire machine arrière. Même si nous revenions un jour, nous aurons alors l’obligation de trouver une autre entrée, acceptant le fait hypothétique d’avoir aussi réussit à éviter les troupes de l’Ombre. Le jour avant notre départ, la forteresse entière était devenue une fourmilière. Il nous sembla que tout le clan cherchait à nous aider dans notre quête, à participer de quelque façon que ce soit. On dit souvent que s’occuper les mains aide la tête à oublier pour un temps les idées de mort, de peur ou le désespoir. Ce jour là, ce dicton prit tout son sens.

J’avais laissé le choix de notre équipement à Meloc et aux trois frères. En tant qu’éclaireurs, ces derniers étaient bien plus à même que moi de choisir efficacement ce dont nous avions réellement besoin. Toute armure lourde était évidemment proscrite, et chacun préféra les mailles légères ou cuirs renforcés, vêtements beaucoup plus pratiques. Même nos bottes reçurent un soin spécial. Avec leur semelle assouplie et les pièces de métal enlevées, l’idée était de réduire au maximum l’empreinte au sol et le bruit émit lors de la marche dans les étroits tunnels. Au final, nous avions rempli nos sac de voyage avec juste le nécessaire : lourdes cordes tressées, outils divers, de nombreuses flasques d’eau et de la viande séchée. Tout notre équipement fut ensuite soit huilé, soit rembourré afin de limiter au possible le bruit. En effet, dans les tunnels où nous allions passé le plus clair de notre temps, le son voyage vite et loin. Dans des cavernes silencieuses, le moindre petit bruit peut prendre des allures de cacophonie et alerter toutes ces choses horribles qui rodent dans les tréfonds de l’obscurité.

J’avais passé ma dernière journée dans l’antichambre des héros, assis à côté des illustres faits de mon père et du père de son père. Ils avaient en leur temps été de grands hommes. Ayant servis en tant que Gardiens des Traditions et généraux lors des guerres, je savais qu’ils approuveraient mes choix. J’espérais juste que leurs esprits pourraient veiller sur moi tout le long de ma quête et passais ainsi mon temps à prier pour recevoir leur force, leur sagesse et savourer le silence de la pièce, seul. Personne ne vint troubler ma méditation, pas de visiteurs, pas de membres de la famille, pas de guerriers offrant ses conseils. J’étais seul avec mes pensées, en paix. Juste avant de quitter ce lieu sacré, je pris le temps de passer les mains sur la surface de pierre polie, portant les gravures des noms de mes ancêtres. Un jour, mon propre nom viendrait aussi s’inscrire ici. Et même si mon corps devait pourrir dans un trou maudit, je savais que mon esprit reviendrait, en ce lieu précis, pour rejoindre ma famille.


Auteur: Eric "Kane" Olson
Traducteur: Fred "Dain" Lipari
Relecteur: Raph "Cerbere" Roose, Nico "Arkane" Delzenne

Le Livre du clan Goran. Chapitre 3.

Rédigé par Dain le 28 octobre 2011 | Classé dans Midnight, Textes
Mots clés : midnight, texte

Le Livre du Clan Goran
Chapitre 3: Une troupe hétéroclite

Choisir les membres de l'équipe s'était révélé plus facile que prévu, même si chaque personne désignée allait certainement périr. Malgré moi, je jouais en quelque sorte le rôle d'un bourreau, marchant au milieu des suppliciés et ordonnant qui devait vivre ou mourir. Mes décisions statuaient ceux méritant la nourriture et le confort du clan, et accablaient ceux considérés comme un fardeau. Tandis que je marchais au milieu des miens, je vis de vieux guerriers fuir mon regard, de crainte que je les choisisse et les rende honteux de leurs peurs. Que pouvais-je faire? Les désigner ? Non, je ne pouvais bien évidement pas les choisir, en aucun cas. Pour la bonne réussite d‘une expédition où les chances de succès étaient très faibles, chaque membre de l'équipe devait se sentir plus concerné par le futur du clan que par sa propre survie

Mes deux premiers choix furent aisés. Je choisis rapidement deux guerriers, estropiés par les combats incessants contre l'Ombre. Le premier, répondant au nom de Meloc, avait perdu son bras gauche des années auparavant lors d'un combat contre une des horribles engeances de l'Ombre. Le membre s’était alors retrouvé écrasé avec le bouclier qu’il portait et il n’y avait eu aucun moyen de le sauver. Depuis, avec un seul bras, il ne pouvait plus envisager tenir son poste au sein d'une formation en ligne. Pour augmenter encore un peu plus son sentiment d’être diminué, l’utilisation de ses compétences en tant que chasseur ou artisan étaient devenus plus que difficile. Seule consolation, son tempérament de fer et son expérience du combat étaient restés inaltérés. Je savais en mon fort intérieur que Meloc serait une valeur sûre.

Le deuxième guerrier choisi ne portait quant à lui aucune blessure apparente. Ses plaies à lui se trouvaient à l'intérieur, dans sa tête. Il s'appelait Balten et il était certainement l'un des combattants les plus hardis que je n'ai jamais vu. Mais c'était un homme brisé, si dévasté psychologiquement qu’il était pratiquement revenu au niveau mental d'un jeune adolescent. Son humeur volatile pouvait passer en un clin d'œil d'une joie au rire candide à la rage meurtrière d'un berserker, le rendant imprévisible et donc dangereux. Il avait, heureusement pour nous, gardé toutes ses compétences martiales d'adulte. Il les utilisait juste à la façon d'un enfant jouant à un jeu aussi futile que puéril. Pour peu qu'on le garde à l'œil et le canalise, il pouvait se révéler être un atout majeur.

Les trois recrues suivantes vinrent à moi de leur propre chef, après avoir entendu parler de ma mission. Ces trois là, Darol, Marken et Sul ne faisaient pas réellement partie de notre clan mais étaient en fait des réfugiés d'un lointain clan de l'Est. Tous trois frères, ils faisaient partie d'une force envoyée dans le but de ralentir la progression des troupes de l'Ombre mais, n'avaient jamais eu le temps de rejoindre leur clan à temps. Nous les avions alors trouvé, errants parmi les tunnels et ils avaient finalement décidé de rester avec nous. Aujourd'hui, toute personne proche qu'ils avaient pu connaitre ou aimer était très certainement morte. Mais s'il y avait une seule petite chance de vérifier si leur forteresse avait pu tenir, ils ne laisseraient pas passer cette chance sans agir. Durant les deux dernières années, ils avaient été bien traités par mon clan mais ils s'étaient toujours sentis comme étant des parias, honteux de vivre alors que leur clan pouvait être décimé. Tous trois avaient prouvé être des chasseurs fiables et dignes de confiance et, désormais sans attaches, personne ne serait là pour les pleurer.

Mes deux derniers choix furent considérés comme très singuliers par mes pairs. Le premier, Ammos, était un mineur émérite qui avait été gravement brûlé lors de l'explosion d'une galerie, des années auparavant. Considérant la surface de chair brûlée et les dégâts physiques subis, il m'est encore impossible de comprendre comment il avait pu simplement survivre à ses blessures. Malgré de longues années de convalescence, il semblait toujours souffrir de ses vieilles blessures. Les anciens pensaient qu'il serait un poids mort, un handicap plus qu'un avantage. Mais je connaissais ce gars-là depuis sa naissance et son père et moi avions aussi entretenu une forte amitié, avant sa disparition. Je savais que je pouvais compter sur Ammos car il connaissait la roche mieux que quiconque ici, et j'étais sur qu'il couvrirait nos pas à la perfection. Je dois avouer enfin que mon dernier choix fut le plus surprenant: Un nain sauvageon que nous avions capturé alors qu'il vagabondait dans les cavernes alentours. Sur la base des quelques indices que nous avions pu rassembler, nous en avons déduit que son clan avait du être massacré par des sbires de l'Ombre. Il avait alors probablement déambulé pendant presqu’une année avant qu'on ne le trouve. Durant les nuits, il était enchaîné au sein du clan et considéré comme un chien sauvage. Sans la possibilité de communiquer et de peur qu'il ne se rebelle contre ses maitres, nombreux doutaient de la pertinence de mon choix. Pour moi, si son peuple avait réussi à survivre au beau milieu de terres occupées par les troupes de l'Ombre, à éviter même tout contact, il avait plus que tout autre, un talent utile pour cette mission. Si jamais j'arrivais à contrôler ses capacités, alors peut-être, je dis bien peut-être, certains d'entres nous pourraient finalement espérer revenir à la forteresse sains et saufs.


Auteur: Eric "Kane" Olson
Traducteur: Fred "Dain" Lipari
Relecteur: Raph "Cerbere" Roose, Nico "Arkane" Delzenne

3 Scenarios Midnight à télécharger

Rédigé par Dain le 21 octobre 2011 | Classé dans Midnight, Scenarios
Mots clés : aucun


Bonjour à tous,
Mes trois premiers scenarios Midnight viennent d'être ajouté sur le blog et sont désormais disponible.

Magie sur BlancRocher

Résumé: Cette aventure se déroule dans la ville de Blancrocher. Cette ville a la particularité d'être oubliée des forces de l'Ombre car tout le monde la croit déserte. Il n'en est rien et d'ailleurs les Pj's ont été chargés d'enquêter sur l'existence d'un Mage qui met en déroute les orques et les gobelins. Les PJ's arriveront dans la ville de Blancrocher via un bateau appartenant à la flotte des princes pirates. Ce scénario contient également une petite aide de jeu concernant la navigation et une nouvelle classe de Marin. Télécharger Magie sur Blancrocher

Ombres dans la nuit.

Résumé: Ce scénario inédit de 30 pages invite vos joueurs à une course poursuite qui les mènera au cœur de certains secrets les mieux gardés du Promontoire de Baden. Le supplément Sous le règne de l'Ombre vous permettra en outre d'approfondir les décors utilisés dans Ombres dans la nuit. Télécharger Ombres dans la nuit

Sourciers de l'Ombre

Résumé: Cette aventure pour trois ou cinq joueurs qui est la base d’une petite campagne va conduire vos pj’s dans le réseau de la résistance. Au cours de celle-ci, ils devront faire preuve de discrétion mais aussi de bravoure sans compter qu’ils vont devoir faire des choix parfois difficiles. Ce scénario est idéal pour commencer un groupe dans le monde de Midnight.
Télécharger Sourcier de l'Ombre

Le Livre du clan Goran. Chapitre 2.

Rédigé par Dain le 19 octobre 2011 | Classé dans Midnight, Textes
Mots clés : midnight, texte

Le Livre du Clan Goran
Chapitre 2: Une issue possible.

J'avais passé la plupart de l'année à comptabiliser d'un oeil critique la diminution des ressources du clan. Le constat était sans appel. Nos terrains de chasse étaient pauvres, des petites cavernes situées à l'ouest, à plusieurs jours de distance en terrain difficile et accidenté. Nos fermes, quant à elles, étaient trop petites et limitées par le manque d'eau. Avec ce que nous avions jadis, nous n'avions jamais eu besoin de chercher à nous étendre ou accommoder des zones difficiles d'accès. Nos ressources étant abondantes, nous n'avions jamais manqué de rien. Aujourd'hui, même Le minerai de fer vient à manquer, surtout l'acier de bonne qualité, et ce malgré nos grandes connaissances en la matière. Mais par dessus tout, c'est l'eau fraiche, le suc de la vie, qui s'amenuise dangereusement. Avec les faibles dernières chutes de neige qui n'ont pas pu remplir les lacs souterrains, nos citernes diminuent inexorablement sans espoir d'être à nouveau remplies.

Je n'étais pas le seul à savoir que nous allions lentement vers une situation de famine. La plupart des anciens comme moi avaient déjà compris qu'à long terme, nous serions forcés soit de quitter notre position, soit de faire face à l'obligation de déterminer qui devait vivre ou mourir. Néanmoins, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que nous n'arrivions jamais à ce dilemme. Il doit y avoir un moyen, quelque chose à faire, pour trouver de la nourriture tout en évitant de trahir notre présence et alerter l'Ombre. Cela sera dangereux mais nous devons prendre ce risque, et mieux vaut que cela soit par moi plutôt que par ceux qui ont encore toute leur vie devant eux.

Mon plan est des plus simples: Une expédition de reconnaissance effectuée par un petit groupe dont le but serait multiple. Le plus important serait d'établir un statut sur la guerre contre l'Ombre et de la proximité des troupes par rapport à notre citadelle. Ensuite, si cela s'avère possible, trouver un moyen d'accéder de nouveau à nos anciennes ressources perdues. La troupe devra être réduite, composée de pisteurs expérimentés, de personnes connaissant le terrain et capables de se battre si nécessaire. Chaque membre devra toutefois être sacrifiable. Des personnes âgées, des nains sans famille ou dotés de blessures qui limitent leur utilité au sein du clan, en somme, des membres du clan à qui personne ne manquera si l'expédition venait à être un fiasco. En tant que vieillard et connaissant très bien les environs, je suis moi-même, sans nul doute, la parfaite recrue pour cette aventure risquée. Je suis devenu dispensable face à la deuxième génération, jeune et déjà aussi expérimentés que de vrais petits artisans. Je ne suis juste plus qu'une énième bouche à nourrir.

Lorsque je fis part de mes plans aux autres anciens, il n'y eu que peu d'objections. En fait, je ressentis plus le soulagement qu'autre chose. Certains essayèrent bien sur de me dissuader de participer, disant que j'étais trop important pour le clan, mais je savais qu'il s'agissait plus d'une question d'honneur envers moi que de pure vérité. Les conversations tournèrent finalement assez vite vers des questions pratiques. Quand devrions-nous partir, qui devrait m'accompagner, comment protéger le clan et quantités d'autres questions de détails. Fort heureusement, l'urgence et ma détermination forcèrent la situation. Suite à une décision rapide, on me confiât le commandement du groupe ainsi que le choix de ses membres. J'étais évidemment très touché par leur foi en moi, et je voyais clairement leur profond respect pour ce que je tentais d'accomplir pour le clan. J'étais prêt à faire le sacrifice de ma personne pour la survie du clan, une chose qu'ils n'avaient pas eu la force de faire eux-mêmes.


Auteur: Eric "Kane" Olson
Traducteur: Fred "Dain" Lipari
Relecteur: Raph "Cerbere" Roose, Nico "Arkane" Delzenne

Le Livre du clan Goran. Chapitre 1.

Rédigé par Dain le 18 octobre 2011 | Classé dans Midnight, Textes
Mots clés : midnight, texte

Voici le début d'une petite série de textes sur le monde de Midnight. Il s'agit de l'histoire d'un clan nain, le clan Goran, qui a réussit à se mettre à l'abri des troupes de l'Ombre du Nord mais qui néanmoins se meurt à petit feu. Les protagonistes tentent de trouver une issue pour sauver leur clan et apporter un peu d'espoir pour l'avenir. L'histoire a lieu dans les Kaladrunes, lors du Dernier Âge, où danger et désespoir se côtoient quotidiennement.
Il s'agit d'un texte traduit et remanié à partir d'une base produite par l'auteur Eric "Kane" Olson, auteur de nombreux textes officiels de la gamme Midnight D20 chez Fantasy flight Games.

Le Livre du Clan Goran
Chapitre 1: Une question de survie.

Je tenais dans mes mains l'un des plus grands trésors de mon clan. Sa couverture en cuir abîmé, sa couleur délavée et son fermoir en fer piqué par le temps augmentaient encore un peu plus ce sentiment de rareté que l'on éprouve auprès d’objets sacrés. Ce jour là, il s'agissait du journal de mon grand-père, un ancien Gardien des Traditions. Grace à lui, à sa sagesse et ses sacrifices, le clan avait évité le pire. A lui seul, il avait réussi à entretenir, contre toute attente, l'espoir de survie au sein de notre peuple. Cela, malgré la malédiction de l'Ombre qui hante le destin de tous ceux vivants dans les Kaladrunes. Ses dernières lignes manuscrites, écrites sur une période de deux arcs, s'étaient avérées être d'une plus grande valeur que n'importe quel livre écrit depuis la chute des forteresses du Mur de Glace. Ses simples réflexions et observations avaient réussi à nous mettre à l'abri durant ces huit dernières années. Aujourd'hui, nous sommes probablement les derniers survivants du peuple nain au nord de Calador, si tant est que la grande cité existe encore.
Cela fait maintenant quatre ans que nous avons scellé tous les passages menant vers l'Est. Un acte qui nous a protégé de l'Ombre durant tout ce temps mais qui nous a, par voie de conséquence, aussi isolés de nos alliés et de la route commerciale de Calador. Nous avions alors tourné le dos aux autres clans et à la guerre contre l'Ombre. Non sans honte et le cœur lourd. Mais nous l'avions fait afin de tenter de sauver notre clan. Je reconnais bien sûr avoir une part de responsabilité dans cette décision, étant moi-même un ancien et un Gardien des Traditions. Mais je savais très bien que l'on ne pouvait pas tenir tête aux hordes de l'Ombre. Nous avions déjà perdu d'innombrables guerriers de valeur en tentant de tenir les lignes du front.
Avions-nous le choix? Non. Nous ne pouvions pas nous permettre de subir un siège, car aucune troupe n'aurait de toute façon pu nous venir en renfort

Cette décision, cet isolement, cette catatonie dans le noir, était la seule chose que nous pouvions faire. Je ne regrette rien de ce que nous avons fait, seulement, peut-être, la façon dont nous avons agis. Nous avons trop perdu. On nous a tout pris, des terres fertiles, des vallées grasses pour nos troupeaux, de veines généreuses de métal et quantité d'eau fraiche, tout. Nous savions pertinemment que ces terres étaient trop exposées, que continuer à les utiliser alerterait l'Ombre, que ses chiens se lanceraient alors sur nos traces et viendraient nous chercher à l'intérieur même de nos forteresses.
Il est vrai pourtant que pendant ces quatre dernières années, nous n'avons vu aucune trace de l'Ombre, aucun murmure dans l'obscurité ou de patrouilles égarées. L'Ombre nous a oublié, ou plus précisément, n’a jamais eu vent de notre existence.

Toutefois, durant toutes ces années où nous avons vécu loin de la présence de l'Ombre, un autre spectre est venu hanter mon peuple: La famine. Chaque année, nos réserves de nourriture diminuent dangereusement à l'instar de nos animaux qui sont abattus un à un afin de nourrir notre peuple. Ce lent déclin semble inexorable et je commence déjà à voir nos anciens se décharner, refusant en secret d'être un fardeau pour le clan. Je suis moi aussi un vieillard, qui a vu passé trop d'années et qui se refuse à laisser ses petits enfants souffrir. Quelque chose doit être fait, et vite!


Auteur: Eric "Kane" Olson
Traducteur: Fred "Dain" Lipari
Relecteur: Raph "Cerbere" Roose, Nico "Arkane" Delzenne

Xer, une carte pour PF. Etape 1, le croquis d'ébauche

Rédigé par Dain le 18 octobre 2011 | Classé dans Cartes, Pathfinder, WIP
Mots clés : carte, pathfinder

Afin de bien commencer ce blog, je vous propose un projet de réalisation pour Pathfinder, qui tentera de coller au maximum du visuel propre à ce jeu. Voici donc le croquis préparatoire. Les petits observateurs auront vu qu'il est précisé "Baie de Roderic" et non XER ... vous comprenez maintenant pourquoi c'est un croquis "préparatoire"?

Pour ceux qui voudraient participer au projet en apportant des commentaires/ ajouts, voici les sujets qui traitent du projet.


Fil Rss des articles

page 1 sur 2 suivante

Catégories

Derniers commentaires

Derniers articles

Abonnements RSS

Archives

Mots clés

PluXml, carte, pathfinder, midnight, texte, textes, map, esteren, tri-kazel, Midnight,